Mes filles : ma force et ma faiblesse

IMG_0032

Devenir maman entraîne tout un tas de bouleversements dans notre vie, mais aussi et surtout en nous. Une fois qu’on a donné naissance à un petit être, je dirais même dès qu’on tombe enceinte de lui, nous devenons une autre et aucun retour en arrière n’est possible. Ce n’est d’ailleurs pas différent pour une deuxième naissance, je suis également devenue différente quand Crapulette est arrivée parmi nous.

Etre responsable d’une autre vie que la mienne m’a rendue plus forte. Je suis plutôt réservée et je ne m’affirme pas beaucoup en général, mais quand il s’agit de mes filles, je suis tout à fait différente. Le changement avait commencé à la naissance de Coquillette (et même avant en fait, afin de faire en sorte que ma grossesse se déroule au mieux) et s’est accentué encore à la naissance de sa petite soeur. Finies les hésitations avant d’ouvrir la bouche pour parler, dès que ça les concerne, je deviens sûre de moi. Par exemple, je n’ai pas hésité à dire ce que je pensais de sa façon de faire à un proche qui a dépassé les bornes avec Coquillette (oui, un enfant de 2 ans, parfois ça tape et ça pince, ce n’est pas bien et on lui explique, mais on ne lui fait pas la même chose, on n’est pas dans une cour de récréation et si l’adulte réagit comme un enfant, ce n’est pas une solution, surtout vue la différence de gabarit). Cette personne l’a peut-être mal pris, mais pour le coup je m’en balance.

Devoir m’occuper de mes deux filles m’a aussi rendue plus forte physiquement, ou plutôt devrais-je dire que le mental a pris le dessus sur le physique. Si j’avais mené la vie que j’ai actuellement sans une seule nuit de sommeil correcte en quasiment 7 mois avant d’avoir des enfants, j’aurais passé mes journées à me plaindre que j’étais fatiguée, je n’aurais été capable de rien faire, je n’aurais pas réussi à me lever le matin. Et pourtant, aujourd’hui, bien que je dépasse rarement les 5 heures de sommeil par nuit (et pas d’affilée) et que je cours toute la journée, je ne ressens la fatigue que quand je m’arrête pour souffler et je me lève le matin sans me traîner comme un zombie (la plupart du temps, évidemment, j’ai mes limites, comme tout le monde).

Ressentir autant d’amour pour ces deux petits êtres est un vrai moteur au quotidien, et en cela, c’est une force. Mais c’est aussi une énorme faiblesse. S’il leur arrivait quoi que ce soit, je serais anéantie. Si l’une d’elle est malade, je souffre bien plus que si c’était moi qui était malade. Leurs chagrins me déchirent les tripes. Evidemment elles vont grandir et prendre leur envol, c’est bien et je les encouragerai toujours sur leur chemin, mais je sais aussi qu’en s’éloignant progressivement de nous, elles emmèneront une partie de mon coeur avec elles.

Publicités

3 réflexions sur “Mes filles : ma force et ma faiblesse

  1. Bravo et merci pour ce partage !
    Même si l’époque où j’étais une jeune maman est déjà loin, je ressens une certaine similitude avec ce que j’ai vécu et ce que je ressens encore aujourd’hui…
    Que ce soit envers ma propre progéniture ou mes petites filles, c’est clair que je ne supporterais pas qu’il leur arrive malheur!! Je plains de tout mon cœur les parents qui vivent la perte ou la maladie d’un enfant ou petit enfant!
    C’est d’ailleurs ce qui doit permettre de prendre de la distance avec les « petits » chagrins quotidiens qui, en dépit de leur ampleur parfois, font partie de la vie de tout être humain et qui, malgré tout, permettent de faire grandir un enfant dans la réalité de la vie et de se forger un caractère.
    Et puis les câlins sont là pour apaiser 😉
    En conclusion, l’empathie : OUI mais une trop forte affection (au sens peine) : NON

    Etre parent, ça s’apprend tous les jours, ça se vit en soi et en couple, et, encore une fois…une fois qu’on le devient, c’est pour toujours et ça suscite beaucoup de sentiments, d’émotions parfois contradictoires, de réflexions…
    Ce n’est pas une Vérité en soi ce que j’écris ici, juste un avis personnel ! Je conçois que toutes les mamans ne pensent pas comme moi.

    Pouvoir, pour toi maman 24h/24, en parler et échanger avec d’autres est, en tout cas, une idée et une chance formidables!

    Vivement ton prochain article!

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s