Séjour à Nantes avec bébé #1 : une chambre d’hôtes parfaite

Il y a quelques jours, Crapulette et moi avons fait une surprise à son papa, en formation loin de la maison à Nantes depuis de longues semaines. Même s’il revient de temps en temps, ce n’est jamais pour très longtemps et si les journées sont sportives pour moi, seule avec les deux filles, je sais que lui, c’est la solitude qui lui pèse. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite surprise ! Comme je ne suis pas non plus masochiste, j’ai laissé Coquillette à sa grand-mère pour quelques jours. C’est une chose de partir avec un bébé, mais c’en est une autre de partir avec deux bébés dont un qui galope et entre en pleine période de terrible two !

D’une pierre j’ai donc fait deux coups : en plus de faire une surprise à mon homme, je me suis offert quelques jours de vacances et j’en ai profité pour découvrir (avec plaisir) une ville et une région que je ne connaissais pas du tout. Voyager avec un bébé impose néanmoins quelques contraintes mais j’ai dégoté de bonnes adresses que j’ai envie de partager avec vous. Mais comme j’ai plein de choses à raconter, je le ferai en plusieurs épisodes !

La première question à régler était celle du logement. Dans l’idéal, je souhaitais avoir la possibilité de coucher Crapulette dans une pièce à part et de pouvoir cuisiner sur place puisque je la couche entre 19h et 20h mais qu’à cette heure-là, nous n’avons pas encore mangé. Les hôtels étaient donc exclus, et les appart-hôtels, en plus d’être chers, manquent terriblement de charme. Restait l’option de la chambre d’hôtes. Nous en fréquentions souvent quand nous voyagions en couple, avant d’avoir les filles, mais rares sont celles qui proposent toutes les conditions que je viens de décrire. C’est là que j’ai eu une chance monstrueuse et que j’ai trouvé LA chambre d’hôte parfaite pour voyager avec bébé, à un prix tout à fait raisonnable, dans un joli cadre, avec la Wi-Fi et pas loin du travail de mon homme (qui n’était pas en repos quand je l’ai rejoint). La chambre d’hôtes « L’échappée belle », située à Saint-Sébastien-sur-Loire, est en fait une jolie petite maison en pierre (qui reste agréablement fraîche même avec 30°C dehors, testé personnellement !) qui propose un séjour au rez-de-chaussée avec coin cuisine, coin repas et canapés face à une cheminée, le tout décoré avec goût (voyez donc vous-mêmes les photos !). Au 1er étage, une chambre avec lit double, une salle de bain très classe avec une grande douche et coin WC, et enfin, une mezzanine (mais pas une petite, vraiment un bel espace !) avec deux lits simples et de la place pour mettre un lit parapluie. D’ailleurs, les propriétaires proposent de mettre un lit parapluie à votre disposition, un plus encore une fois !

IMG_9849

IMG_9851

IMG_9850

Avec autant de bons points, une chose me faisait peur : le petit déjeuner. Je m’explique : je suis une gourmande et le petit déjeuner est mon repas préféré. Quand je suis dans un hôtel ou une chambre d’hôtes, j’aime qu’il sorte un peu de l’ordinaire, j’aime avoir du choix, des choses que je ne mange pas toujours, de l’abondance. Comme leur site n’en faisait aucune mention, je craignais qu’il soit très classique et que je me retrouve avec deux tranches de pain, un pot de confiture et un verre de jus d’orange à base de concentré. Au lieu de cela, quand je me suis levée à l’heure convenue avec le propriétaire, j’ai trouvé un vrai festin sur la table du rez-de chaussée : croissant hyper frais, viennoise au chocolat, baguette croustillante, beurre salé, trois confitures différentes, des fruits (pommes, bananes, kiwis et même de très bonnes noix), yaourt, lait chaud et chocolat en poudre, du jus d’orange en quantité plus que suffisante. Le tout, encore une fois, présenté avec soin, avec une vaisselle choisie avec goût. Vraiment rien à redire ! Non seulement je me suis régalée mais je me suis même goinfrée, et à mon grand dam j’ai été plus que rassasiée avant d’avoir tout mangé… Dans ces cas-là, je voudrais avoir un second estomac… Dommage que mon cher et tendre, qui commençait aux aurores, n’ait pas pu y goûter ! (oui oui, tout ce qui est sur la table était pour moi seule ! miam et re-miam !)

IMG_9831

Cerise sur le gâteau, le propriétaire est très sympa et a été particulièrement arrangeant avec moi sur les horaires (j’avais roulé de nuit pendant 7 heures non stop et j’ai apprécié de pouvoir arriver plus tôt pour une petite sieste bien méritée avec Crapulette). Bref, si vous passez par Nantes avec votre bébé et que vous cherchez un endroit pour passer quelques nuits, et bien, ne cherchez plus, vous avez trouvé !

Mes filles : ma force et ma faiblesse

IMG_0032

Devenir maman entraîne tout un tas de bouleversements dans notre vie, mais aussi et surtout en nous. Une fois qu’on a donné naissance à un petit être, je dirais même dès qu’on tombe enceinte de lui, nous devenons une autre et aucun retour en arrière n’est possible. Ce n’est d’ailleurs pas différent pour une deuxième naissance, je suis également devenue différente quand Crapulette est arrivée parmi nous.

Etre responsable d’une autre vie que la mienne m’a rendue plus forte. Je suis plutôt réservée et je ne m’affirme pas beaucoup en général, mais quand il s’agit de mes filles, je suis tout à fait différente. Le changement avait commencé à la naissance de Coquillette (et même avant en fait, afin de faire en sorte que ma grossesse se déroule au mieux) et s’est accentué encore à la naissance de sa petite soeur. Finies les hésitations avant d’ouvrir la bouche pour parler, dès que ça les concerne, je deviens sûre de moi. Par exemple, je n’ai pas hésité à dire ce que je pensais de sa façon de faire à un proche qui a dépassé les bornes avec Coquillette (oui, un enfant de 2 ans, parfois ça tape et ça pince, ce n’est pas bien et on lui explique, mais on ne lui fait pas la même chose, on n’est pas dans une cour de récréation et si l’adulte réagit comme un enfant, ce n’est pas une solution, surtout vue la différence de gabarit). Cette personne l’a peut-être mal pris, mais pour le coup je m’en balance.

Devoir m’occuper de mes deux filles m’a aussi rendue plus forte physiquement, ou plutôt devrais-je dire que le mental a pris le dessus sur le physique. Si j’avais mené la vie que j’ai actuellement sans une seule nuit de sommeil correcte en quasiment 7 mois avant d’avoir des enfants, j’aurais passé mes journées à me plaindre que j’étais fatiguée, je n’aurais été capable de rien faire, je n’aurais pas réussi à me lever le matin. Et pourtant, aujourd’hui, bien que je dépasse rarement les 5 heures de sommeil par nuit (et pas d’affilée) et que je cours toute la journée, je ne ressens la fatigue que quand je m’arrête pour souffler et je me lève le matin sans me traîner comme un zombie (la plupart du temps, évidemment, j’ai mes limites, comme tout le monde).

Ressentir autant d’amour pour ces deux petits êtres est un vrai moteur au quotidien, et en cela, c’est une force. Mais c’est aussi une énorme faiblesse. S’il leur arrivait quoi que ce soit, je serais anéantie. Si l’une d’elle est malade, je souffre bien plus que si c’était moi qui était malade. Leurs chagrins me déchirent les tripes. Evidemment elles vont grandir et prendre leur envol, c’est bien et je les encouragerai toujours sur leur chemin, mais je sais aussi qu’en s’éloignant progressivement de nous, elles emmèneront une partie de mon coeur avec elles.