Extrémismes

Je vous rassure, je ne vais pas me mettre à parler politique sur le blog, mais plutôt principes d’éducation. A force de lire des articles sur des blogs, dans des magazines, de feuilleter des livres, d’entendre des émissions ou de discuter avec des parents (de toutes générations d’ailleurs), j’ai découvert qu’il existait de nombreux courants en matière d’éducation, tous défendus par des experts bien que très différents. Personnellement, je ne me range dans aucune case, même si je pense me rapprocher de ce qu’on appelle l’éducation non violente ou parentalité positive. Pour autant, je n’ai pas forcément envie d’appliquer tous les principes prônés par ce courant. En fait, je pique des idées par ci par là, j’écoute mon instinct aussi, surtout même. Je ne pense pas qu’il n’y ait qu’une seule bonne façon d’éduquer son enfant et en plus, les erreurs sont forcément inévitables. On fait de son mieux, voilà tout.

Mais certaines idées sont effrayantes il faut bien le dire, que ce soit du côté de la parentalité positive ou du côté d’une éducation plus « stricte ». J’ai lu des choses qui m’ont fait peur, j’ai lu des choses qui m’ont mise en colère, j’ai lu des choses culpabilisantes pour des jeunes parents qui font pourtant de leur mieux.

J’ai lu par exemple qu’il ne fallait plus laisser un doudou à son enfant dès ses 2 ans,dixit Aldo Naouri, un pédiatre dont j’ai d’emblée détesté les idées. Nos enfants sont euh… ben… des enfants, en fait ! Pas des petits soldats ! A savoir que ce même pédiatre a été critiqué pour avoir plus ou moins fait l’apologie du viol conjugal, ça donne une idée du personnage… D’un autre côté, j’ai lu des propos émanant d’un blog sur le maternage proximal et la parentalité proximale qui disaient, grosso modo, qu’aucune erreur d’éducation n’était irrattrapable (jusque là tout va bien), et qu’il ne fallait pas s’inquiéter si on avait lu des histoires avec des ours qui parlaient à notre bébé. Ouhlala ben j’ai sacrément maltraité mes filles moi ! D’abord c’est culpabilisant, parce que si ça pour eux c’est une erreur d’éducation, comment appeler les vraies erreurs ? Et d’autre part, évidemment chacun en pensera ce qu’il voudra, mais je ne considère pas que ma fille risque d’être perturbée par ses lectures parce qu’il y a des animaux qui parlent dedans.

Voici typiquement deux exemples extrêmes qui m’ont choquée.

Parfois aussi, je lis une idée qui me semble bonne mais un peu exagérée. Alors je l’adapte, de façon à ce qu’elle corresponde plus à la vision que j’ai de l’éducation.

En fin de compte, l’éducation c’est un peu comme la politique ! Il y a du bon et du mauvais de tous les côtés et quand on s’approche des extrêmes, il est temps de sortir les pincettes ! (Oups, et moi qui avais dit que je ne parlerais pas politique…)

Conclusion : si vous vous sentez de la sympathie pour une méthode d’éducation, n’hésitez pas à vous en inspirer, mais n’hésitez pas non plus à faire le tri et à ne pas prendre tout pour argent comptant. Si une petite voix en vous vous dit que ce n’est pas une bonne idée, elle a probablement raison !

Publicités

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s