Quand elle voudra

Coquillette, à 23 mois, ne « parle » pas au sens où on l’entend généralement. Du moins, elle ne parle pas avec des mots. Elle sait en dire quelques uns mais « maman » par exemple, ne fait toujours pas partie de son vocabulaire. Cela fait pourtant plusieurs mois que quasiment chaque personne que l’on croise, qu’elle soit de la famille, des amis ou un parfait inconnu, nous demande en la voyant si elle « parle », ou ce qu’elle « dit » comme mots.

Je leur explique donc qu’elle ne parle pas au sens généralement admis, mais qu’elle n’est pas pour autant en reste pour se faire comprendre ! Je vous avais en effet déjà parlé de son aptitude à s’exprimer en utilisant des gestes. Je ne sais pas pourquoi, cependant, ça a l’air de ne pas faire l’affaire pour les gens. Est-ce parce que ça leur demande un travail d’adaptation pour la comprendre ? Est-ce parce qu’ils considèrent qu’il y a urgence à la faire « parler » ? Où est l’urgence pourtant ?

Il y a quelques semaines, j’ai dû me « fâcher » sur ma grand-mère. Elle montrait un chien à Coquillette en lui demandant ce que c’était. Coquillette, tout naturellement, tira la langue, c’est un des premiers signes qu’elle a imaginé totalement seule d’ailleurs. Il signifie chien, parce que souvent, les chiens tirent la langue. Bref, là-dessus, voilà que ma grand-mère lui crie « non, c’est un chien ». Oui, c’est exactement ce qu’elle vient de dire ! Mais ma grand-mère, comme de nombreuses personnes avant elle, a alors émis cette hypothèse : « elle ne fera aucun effort pour parler si elle sait se faire comprendre comme ça, alors que si elle voit qu’on ne comprend pas, elle sera obligée de se mettre à parler ».

Traduction, laissons donc Coquillette se sentir incomprise, essayer en vain de se faire comprendre et puis comme ça, pouf, du jour au lendemain, elle va parler. Bien sûr. Parce que bien sûr, si elle ne parle pas, c’est uniquement parce que je lui ai laissé l’opportunité de s’exprimer autrement qu’avec des mots.

Coquillette n’est pourtant pas la seule petite fille de son âge à ne pas parler. Et je suis bien contente qu’elle dispose de ce moyen d’expression parce que que ferait-elle  sans cela ? Exactement ce qu’elle faisait avant de s’exprimer par signes : elle crierait à longueur de temps. Elle se mettrait en colère parce qu’on ne la comprendrait pas, elle serait frustrée, pleurerait, tout le monde serait tendu. Bref, on serait loin du tableau actuel où on peut rire et converser avec notre charmante et adorable fille, souriante et super rigolote.

D’autre part, pourquoi serait-ce si nécessaire que Coquillette parle tout de suite ? Elle a bien le temps de s’y mettre. Nous, adultes, sommes pressés d’entendre sa voix, là est la seule urgence. Je reconnais que moi-même je suis pressée de l’entendre me dire « maman ». Mais ce n’est que de l’impatience ! Dès notre enfance, on nous apprend pourtant que c’est pas joli-joli d’être impatient…

Je finirai en rappelant quelque chose que beaucoup de monde a tendance à oublier, c’est que chaque enfant se développe et progresse à son rythme. Souvent les bébés, dans leur développement, privilégient la motricité au détriment du langage ou vice versa. Les spécialistes s’accordent tous à dire que c’est normal. Ben voilà, Coquillette elle marche, elle court, elle grimpe partout, c’est un vrai petit chimpanzé d’ailleurs. Alors les mots, ce sera simplement quand elle voudra.

Publicités

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s