Ma faiblesse de maman

Voilà, c’est dit, je suis faible !

Quand Coquillette était tout bébé, je la laissais téter des heures durant, je la laissais s’endormir au sein et je la gardais ensuite dans mes bras. Pas toujours mais souvent.

On m’a pas mal critiquée pour ça, j’ai aussi lu que ce n’était pas une bonne idée de laisser un bébé s’endormir au sein parce qu’il en prend l’habitude. C’est vrai, je me suis heurté à quelques difficultés par la suite : Coquillette avait besoin de mon sein pour s’endormir, y compris lorsqu’elle se réveillait la nuit.

Alors je m’étais dit que je ne recommencerai pas avec Crapulette, que je la poserais dans son lit/transat dès qu’elle commencerait à s’endormir, que je lui ferais lâcher le sein au moindre signe d’endormissement.

Mais en fait, je n’en suis tout simplement pas capable. Cet instant où elle s’endort paisiblement dans mes bras en tétant est trop parfait pour que j’y mette fin. J’aime trop garder son petit corps tout chaud contre moi après une tétée en lui laissant mon sein à disposition pour qu’elle le reprenne à sa guise sans même avoir besoin d’ouvrir les yeux ou de réclamer.

Evidemment, je ne peux pas toujours la garder deux heures contre moi, il faut bien que je m’occupe de Coquillette aussi. Mais lorsque Coquillette fait la sieste ou est couchée, je ne me prive pas. Ces instants sont du bonheur pur,pourquoi serais-je assez bête pour y renoncer ? La différence, c’est que cette fois-ci, j’assume complètement, les critiqueurs peuvent venir, je les attends de pied ferme. Je me sens sûre de mes choix de maman, peut-être parce que je passe par là pour la deuxième fois, ou peut-être parce que j’ai appris que je pouvais faire confiance à mon instinct.

Peut-être que je le regretterai après si Crapulette se met à avoir du mal à s’endormir seule mais finalement, les difficultés que j’ai rencontrées avec Coquillette n’ont été que temporaires. C’est aujourd’hui une petite fille qui s’endort seule le soir, à 19h30, sans pleurs, qui ne se réveille pas la nuit sauf rares cas de poussées dentaires particulièrement violentes et qui dort jusque 8h le matin. Sans tétine, sans sucer son pouce. S’endormir en tétant pendant les 6 premiers mois de sa vie ne lui a pas laissé de mauvaise habitude.

Alors Crapulette et moi, on va continuer à partager ces moments à nous, ces moments où nous ne sommes plus qu’un, ces moments où le maître mot est sérénité. Pour l’une comme pour l’autre. Je suis peut-être faible, mais pour notre plus grand bonheur.

paisible

Publicités

6 réflexions sur “Ma faiblesse de maman

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s