Ne pas compter

Quand on aime, on ne compte pas, c’est bien connu. Et bien c’est excessivement vrai lorsqu’on a deux enfants en bas âge dont on s’occupe 24h/24. En tout cas, c’est que je vous conseille pour ne pas sombrer dans le plus grand désespoir !

Ne pas compter ses heures de sommeil pour commencer. On survit à un faible nombre d’heures de sommeil par nuit, on s’y fait (presque) et on arrive quand même à assurer pendant les journées. Mais si chaque matin, on commence à compter combien d’heures on a dormi, si chaque nuit on passe son temps à zieuter le réveil en attendant que bébé finisse de téter, bonjour la déprime !

Ne pas compter le nombre de couches changées par jour ni le temps qu’on y passe. On sait que c’est beaucoup, ça ne sert à rien de tenir un livre de comptes.

De même, ne pas compter les tétées et les heures passées le sein à l’air.

Ne pas compter les litres de lait régurgité à éponger après ces mêmes tétées…

Ne pas compter le nombre de bodys, bavoirs et serviettes, lavés, pendus et rangés chaque jour, en particulier quand on a un bébé régurgiteur…

Ne pas compter le nombre de pas qu’on fait pendant la journée. Entre le bébé qui a besoin d’être en mouvement pour s’endormir, celui, plus âgé, après lequel il faut courir parce qu’il fait des bêtises dans tous les coins, les balades quand il fait beau, les allers-retours dans l’escalier, etc… les jeunes parents doivent en faire des kilomètres. Et dire que les mamans ne sont pas censées faire de sport avant d’avoir rééduqué leur périnée !

Ne pas compter les biberons, petites cuillères en plastique et autres tasses à bec qui viennent s’ajouter à la vaisselle quotidienne et qui ne restent jamais plus de cinq minutes sur l’égouttoir.

Ne pas compter le nombre de fois où l’on répète les mêmes choses (pas étonnant qu’on ait du mal à suivre une conversation normale entre adultes après).

Ne pas compter les larmes essuyées, ni les petits bobos à soigner.

Ne pas compter les décibels que nos bébés sont capables d’atteindre de jour comme de nuit (mais en vrai, ils font un concours ou quoi ??)

Tout ça, histoire de conserver votre intégrité mentale…

Mais mieux vaut ne pas compter non plus les centaines de bisous reçus, les dizaines de câlins distribués, les milliers de sourires avec ou sans dents, les innombrables instants de vie qu’on n’oubliera jamais, du premier « maman » aux premiers pas. Pourquoi ? Parce qu’on n’en viendrait jamais à bout, comme si on comptait les grains de sable d’une plage…

sable

 

Publicités

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s