L’astuce du dimanche #37

Nous vivons dans une maison pleine d’escaliers et depuis que Coquillette a commencé à marcher à quatre pattes, des barrières de sécurité ont donc poussé un peu partout. On ne se voyait pas faire sans, elle est trop vive pour qu’on puisse s’en passer, ça n’aurait pas été prudent.

En revanche, l’escalier n’est pas une zone totalement interdite à Coquillette, tant qu’on est avec elle. Nous la laissons monter à quatre pattes en plaçant nos mains derrière elle pour sécuriser son escalade, ou alors nous l’aidons à monter ou  descendre « comme une grande » en lui tenant les mains.

Si nous avons fait ce choix, c’est pour deux raisons. D’abord, pour l’encourager à grandir, à prendre confiance en elle et à développer sa motricité. Pour le coup, ça a plutôt très bien marché car pour 17 mois, elle est drôlement bien dégourdie. La deuxième raison, c’est que nous ne sommes pas infaillibles et qu’un jour, nous pourrions oublier de fermer une barrière. Si ça arrivait et que Coquillette se précipitait vers l’escalier, je préfère qu’elle le fasse en sachant comment s’y prendre sans se casser la figure plutôt qu’en s’y jetant à corps perdu. Evidemment, on fait quand même super gaffe aux barrières, mais disons que nous avons pris une assurance supplémentaire !

Bon dimanche à tous !

Publicités

Les incontournables de la naissance #4 : Maman Natur’elle (Concours inside)

C’est en recherchant des soutien-gorges d’allaitement de qualité (souvenez-vous, je vous parlais de ma quête désespérée ICI et ICI) que je suis tombée sur le site de Maman Natur’elle, et je suis aussitôt tombée sous le charme.

Maman Natur’elle est une boutique en ligne spécialisée en produits naturels et sains pour les bébés, les parents et futures mamans. Mamans allaitantes, parents adeptes du portage en écharpe, inconditionnels du bio et des couches lavables, ce site est donc fait pour vous mais même si ce n’est pas votre cas, je vous recommande d’aller y jeter un oeil. Parce que Maman Natur’elle, ce n’est pas seulement la garantie de produits de qualité, c’est aussi une livraison ultra-rapide (moins de 24 heures la dernière fois dans mon cas, bluffant !), un système de fidélité qui vous permet très vite de faire des économies et une page Facebook dynamique où vous retrouverez quotidiennement des conseils, des offres, etc…

Et en plus, c’est une jolie histoire qui est à l’origine du site et que sa créatrice, Aude, a bien voulu me raconter :

« La création de Maman Natur’elle est assez simple finalement, étant au chômage depuis peu et une toute jeune maman en 2006 j’ai découvert les couches lavables pour mon bébé qui avait de gros soucis de peau. Elle ne tolérait aucune couche jetable et on m’avait proposé uniquement comme solution des couches en coton en pharmacie à des prix très élevés.

Après quelques tests, j’ai vite été convaincue par les couches lavables, puis par le portage en écharpe et les bienfaits des produits sains et écologiques pour mon bébé.

En cherchant comment m’approvisionner pour ces produits, je me suis rendu compte du manque d’offre sur internet. Après une formation rapide sur la création d’entreprise, je me suis lancée ! En Janvier 2007 j’ai lancée le site (avec l’aide de mon mari informaticien) et les premières ventes ont été faites. Au départ, le stock et le bureau était à notre domicile, je préparais moi-même les colis avec mon bébé dans l’écharpe. Deux ans plus tard nous déménagions dans notre propre local, et au fil du temps l’équipe s’est agrandie avec un service logistique puis un service après-vente, service achat, marketing etc…Nous avons aussi développé la vente auprès des professionnels. »

Regardez donc un peu tout ce qu’on peut trouver chez Maman Natur’elle (pour info, ceci est une wishlist, si quelqu’un veut me faire un cadeau hihi)

mamnaturelle

1. Chaise nomade bébé Totseat Apple : super pratique quand un deuxième bébé arrive et que la place se réduit inévitablement dans la voiture ! La marque met en plus la sécurité au cœur de ses préoccupations, un critère important avec ce genre de sièges…

2. Chaussons souples Bio Les Belles Créations d’Anna Vert/Gris clair : en chanvre et coton bio, une alternative au cuir que j’aimerais essayer avec Crapulette !

3. Porte-bébé sling Daïcaling Ling-Ling d’Amour Raisin : après avoir testé l’écharpe et le porte-bébé, j’ai bien envie d’essayer le sling avec Crapulette, plus rapide et plus simple… Et celui-là est en coton bio ! Mais sur Maman Natur’elle, vous trouverez de tout en matière de portage et de toutes marques !

4. Coussinets d’allaitement lavables coton bio Pink Daisy : je ne sais pas vous mais moi, j’en ai assez des coussinets d’allaitement jetables qui se retournent et se collent sur mes seins et que j’use  bien trop vite (zéro pointé pour l’écolo)

5. Bouillotte peluche naturelle Renard COSY PLUSH : une adorable bouillotte garnie de grains de blé et de lavande. J’en ai déjà une pour Coquillette qui l’adore ! Idéal pour réchauffer le lit de bébé avant de le coucher parce que je ne sais pas comment ça se passe chez vous mais ici, quand je pose Crapulette endormie dans son lit, elle sursaute et se réveille parce que les draps sont froids…

6. LUNACOPINE coupe menstruelle : parce qu’après un accouchement, il faut aussi penser (malheureusement) au retour de couches… Pourquoi pas en profiter pour prendre un nouveau départ avec une coupe menstruelle ?

7. Coffret naissance KUSHIES Pink : couverture, moufles, lingettes lavables, bavoirs et bavoir d’épaule pour parents, un chouette cadeau à offrir pour la naissance d’un bébé et en plus, il y a une super promo en ce moment !

8. Décoration murale Forêt Rose SILLY U : juste trop mignon pour décorer une chambre !

9. Brosse à dents Brush Baby : elle couvre les besoins du bébé de ses premières dents à son troisième anniversaire et sert aussi bien d’anneau de dentition que de brosse à dents. Encore une découverte que je testerai probablement avec Crapulette !

Bon allez, je m’arrête là pour mes coups de cœur !

Et pour fêter la naissance de Crapulette, Aude, la créatrice de Maman Natur’elle, a très gentiment accepté de s’associer au blog pour vous offrir un cadeau, bien utile à la naissance d’un bébé, surtout en cette saison : une paire de jambières naissance Nubies de Huggalugs ! Que ce soit au moment du change ou pendant le portage en écharpe, les jambières sont très pratiques pour garder les jambes de bébé au chaud, et en plus, elles sont jolies et apportent une touche d’originalité aux tenues ! Elles peuvent être utilisées de 0 à 6 mois mais peuvent aussi servir pour des enfants plus grands sur les avant-bras ! Ce n’est pas un joli cadeau ça ?

jambières

jambières2

Pour participer au concours, je vous demanderai :

– de me laisser un commentaire sous cet article en me disant quelle est votre paire de jambières préférée parmi celles-ci

– de liker la page Facebook de Maman Natur’elle et de me dire avec quel pseudo vous l’avez fait

Et c’est tout, c’est aussi simple que ça ! Si vous souhaitez des chances supplémentaires, vous pouvez :

– me suivre sur Facebook (+1) et/ou sur Hellocoton (+1) toujours en me précisant avec quel pseudo

– partager le lien du concours sur Facebook (+1) et/ou sur Hellocoton (+1) en me donnant le lien direct

– vous abonner à ma newsletter en me précisant le début de votre adresse mail (+1)

Le concours commence aujourd’hui (jeudi 25 septembre) et se finira le dimanche 5 octobre à minuit. Je tirerai au sort le gagnant qui sera annoncé en édit de l’article le plus rapidement possible et qui aura ensuite une semaine pour me contacter.

Un grand merci à Maman Natur’elle pour sa participation !

EDIT DU 15/10 : Et voilà, le tirage au sort a été fait et a désigné sa gagnante…

random2

Maëline/PetitesCrapules !

Bravo ! Contacte moi vite via le formulaire de contact !

L’arrivée en trombe de Crapulette

poids

Crapulette a décidé de nous rejoindre le jeudi 11 septembre et on peut même dire qu’elle était d’un seul coup très pressée de nous rejoindre ! Alors non mon deuxième accouchement n’a pas été parfait, oui il a été douloureux, mais je ne peux pas vraiment me plaindre parce qu’au moins, il a été très rapide. Et j’ai plutôt bien géré l’affaire, en tout cas jusqu’au moment où j’ai annoncé à mon mari que j’allais « mourrrrriiiiirrrr », les yeux emplis de détresse. (La preuve qu’on oublie vite, à peine plus d’une semaine après, je suis déjà capable d’en rire !)

Le travail a commencé alors que Coquillette passait trois jours chez sa grand-mère pour que nous puissions profiter de quelques jours en amoureux avant le début de notre vie à quatre. Nous avions quand même déjà eu le temps de faire deux restos, un ciné, une grasse matinée, le timing était donc plutôt bon ! Les contractions m’ont réveillée un peu avant 3h30 du matin. Je n’étais pas sûre du tout que ce soit ça, la douleur n’était pas très forte, mais elle m’empêchait de me rendormir et je me suis donc levée, tout en laissant mon homme dormir. J’ai rangé un peu le salon, j’ai fait la vaisselle, et je me suis vite rendu compte que non seulement les contractions persistaient, mais se rapprochaient de plus en plus. J’ai préparé un thermos de café pour que mon mari tienne le coup à la maternité, et j’étais en train de compléter ma valise quand il s’est justement réveillé. Un peu dans le gaz il a commencé à se préparer, je suis allée prendre une douche, cool, mais quand j’ai vu que les contractions survenaient toutes les cinq minutes, je me suis dit qu’il était peut-être temps qu’on se mette en route…

Un quart d’heure plus tard nous arrivions au bloc obstétrical et la sage-femme m’invitait à monter sur sa table pour m’examiner. Ce fut un peu le tournant de la situation. Alors qu’elle est en train de contrôler l’état de mon col, je vois ses yeux s’agrandir. « Mais vous êtes déjà à 7 cm ! Mais vous n’avez pas du tout la tête de quelqu’un qui est dilatée à 7 cm ! » Je suis la première à tomber des nues puisque je m’étais dit qu’au mieux, je serais à 4 cm, étant donné l’importance de mes douleurs par rapport à la première fois. Là, il est environ 5h30 du matin.

Elle me demande si je veux la péridurale. Sans hésitation, je lui réponds que oui, je ne veux plus connaître les douleurs de la première fois (j’avais voulu tenir le plus longtemps possible sans péridurale et résultat, je m’étais retrouvée contrainte d’attendre d’être à 8 cm avant d’en profiter). Elle m’annonce que ce sera non pas une péridurale mais un rachis anesthésique. OK, ça me va, je me rappelle vaguement mes cours de préparation à l’accouchement pour la première fois et le rachis est pour moi associé à rapide. Parfait.

On m’installe directement dans une salle d’accouchement mais j’apprends qu’à cause de cette satanée lune (encore !), nous sommes quatre en même temps sur le point d’accoucher, pour une seule sage-femme. Bon, pas grave, pour l’instant, je gère, j’ai mal mais pas trop. L’anesthésiste arrive vers 6h10 et c’est parti pour la piqûre. Plus douloureux que dans mes souvenirs mais il faut dire que pour la péridurale, j’étais à moitié dans les vapes. Il me demande de ne pas sursauter (ils sont marrants ces anesthésistes, franchement), je me concentre donc et me prépare à la douleur dans le dos, à l’endroit de la piqûre, logique quoi ! Et là, BAM ! grosse douleur dans la jambe. Ben forcément, j’ai sursauté, ils auraient pu me prévenir que ça risquait d’arriver quand même ! Bref, je me fais engueuler, mais je suis contente parce que bientôt, je ne sentirai plus rien. Sauf que…

Les minutes passent, et je sens mes jambes s’engourdir, mais j’ai toujours mal dans le ventre et une affreuse douleur commence aussi à s’installer dans mes hanches, mes cuisses, et le bas de mon dos. Au bout de 20 minutes, ayant de plus en plus mal, j’appelle quelqu’un pour savoir si c’est normal. Une aide-soignante me répond que oui, et que si mes jambes s’endorment, le reste va suivre. Je prends mon mal en patience, enfin j’essaie, mais j’ai de plus en plus mal et le pire, c’est que mes jambes sont totalement endormies et que je ne peux pas bouger pour soulager mes contractions. J’annonce à mon mari que si ça continue, je vais commencer à me transformer et ça ne loupe pas : peu de temps après je deviens incapable de m’empêcher de crier, les larmes coulent sur mes joues et j’ai très peur. Très peur parce que je réalise que pour maintenant, je vais accoucher sans anesthésie (enfin si, mais seulement des jambes, le truc complètement inutile).

Face aux regards désespérés que je lui lance, mon homme appelle la sage-femme qui arrive en me demandant si ça pousse. A vrai dire, j’en sais rien, tout ce que je sais c’est que j’ai mal et qu’il faut que ça se finisse MAINTENANT ! Elle contrôle mon col, je suis à 9 cm, elle décide de percer la poche des eaux. Au passage, elle s’excuse d’être pleine de sang, elle vient juste d’accoucher une autre femme et n’a pas eu le temps de se changer. Je ne lui en veux pas du tout, mais je maudis la lune de toujours déclencher mon accouchement en même temps que plein d’autres ! La sage-femme repart mais 2 minutes après, je la rebipe, je n’en peux plus de douleur. Cette fois-ci je suis quasiment à dilatation complète et elle m’installe pour le grand moment.

Pour la petite anecdote, alors qu’elle court dans tous les sens, l’aide-soignante rentre dans la pièce, deux de tension, et annonce tranquillement que le gynéco présent ne veut pas monter parce que je ne suis pas sa patiente. PUT*** CONN*** !! Ce n’est pas sorti tout haut, je crois que j’avais trop mal et que j’étais trop stupéfaite pour réagir, mais je lui crie dans ma tête tous les jours depuis ce moment !

La suite se passe très vite, je revois la sage-femme me raser à toute vitesse, je l’entends dire « ne poussez pas encore ! » plein de fois d’affilée, puis, que je peux y aller. Bizarrement, alors que je pensais avoir perdu les moyens de pousser correctement, j’y arrive très bien et il ne faudra que quelques secondes à Crapulette pour sortir. 7h18 : d’un seul coup, elle est là, on me la pose dans les bras, toute chaude et hurlante mais à peine sur moi, elle se calme. A ce moment, je ne pense déjà plus à la douleur, je veux juste la serrer contre moi, la protéger, lui dire que tout va bien se passer parce que je l’aime déjà tellement fort. Tournant la tête, je vois que le gynéco est quand même arrivé entre temps, il écarte les bras, l’air impuissant : ben oui, le temps que tu te décides, on n’avait plus besoin de toi !

C’est seulement plus tard que je réalise que cet accouchement était plutôt bien réussi et conforme à ce que je souhaitais sans oser le demander : tout a été tellement vite qu’on ne m’a pas sondée, on ne m’a pas fait d’épisiotomie (je n’ai eu qu’une minuscule déchirure mais je vous en reparlerai une autre fois), il n’y a pas eu besoin de ventouse pour sortir Crapulette, contrairement à Coquillette. J’ai ensuite pu donner le sein à mon bébé tout neuf avant la fin de sa première demi-heure de vie, tout comme je le désirais. Et bien que j’aie souffert, je suis finalement contente d’avoir connu ces sensations (mais une fois ça suffit !)

Grosse déception en tout cas pour le rachis anesthésique qui vendait pourtant du rêve, surtout que si je n’ai quasiment pas eu de douleurs post-accouchement, contrairement à la première fois où j’avais l’impression d’avoir le coccyx cassé, j’ai eu très mal au dos pendant plusieurs jours là où l’anesthésiste m’avait piqué. En plus, j’ai été endormie des fesses toute la matinée, ce qui est très pénible !

 

Crapulette d’amour

justineluminou

Alors que je commence à rédiger cet article, c’est la musique « Il est né le divin enfant » qui me vient en tête… Cliché mais je ne contrôle pas les méandres de mon inconscient ! En même temps, il faut dire que la chanson colle parfaitement à Crapulette qui est un bébé incroyable.

Notre petite deuxième est arrivée parmi nous le jeudi 11 septembre à 7h18, à toute vitesse comme je vous le raconterai très vite et depuis, tout se passe à merveille.

Comme sa grande soeur, c’est un petit format : 49 cm pour 3,160 kg ! D’ailleurs, c’est son portrait craché : les mêmes cheveux très bruns et bien fournis, le même petit nez retroussé, la même bouche qui s’arrondit souvent comme un « oh » de surprise, la même petite fossette au menton… Mais Crapulette nous réservait une surprise, bien cachée derrière ses paupières : des yeux d’un bleu magnifique. Je sais bien que souvent, les bébés ont les yeux bleus à la naissance et que ça change par la suite. Mais Coquillette a d’emblée eu les yeux très foncés de son papa et comme j’ai moi-même les yeux bleus, j’espère secrètement que Crapulette aura hérité de mes yeux…

Côté caractère, elle est, pour l’instant en tout cas, un bébé incroyablement calme. On ne l’entend quasiment jamais pleurer et elle dort très bien malgré les hurlements de Coquillette qui, pour le coup, est carrément infernale depuis l’arrivée de sa petite soeur.

Quand je dis qu’elle dort très bien, évidemment je ne veux pas dire qu’elle fait ses nuits. Mais quand je l’entends s’agiter, je me lève, je l’allaite, je la laisse dormir quelques minutes dans mes bras pour être sûre qu’elle ne s’étouffe pas puisqu’elle régurgite beaucoup puis je la remets au lit et c’est reparti pour 2-3 heures. Un rythme qui me suffit pour me sentir en forme pendant la journée !

Je retrouve les plaisirs qu’on connaît avec un tout jeune bébé : la regarder s’endormir dans mes bras après une tétée et la voir sourire béatement, sentir l’odeur du caca d’allaitement (oui, aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est une odeur que je trouve agréable), sentir ses minuscules doigts s’agripper aux miens, caresser ses si doux cheveux… Bref, je savoure, et je m’excuse donc de mon peu d’assiduité sur le blog, mais je pense que vous me pardonnerez, non ?

Merci en tout cas pour tous vos messages de félicitations et vos souhaits de bienvenue à Crapulette, je n’ai pas pris le temps d’y répondre individuellement mais ils m’ont tous sincèrement touchée !

Les incontournables de la naissance #3 : les produits Natessance

Pas vraiment de surprise aujourd’hui : ce n’est pas la première fois que je vous parle de cette marque ! Si j’y reviens encore une fois, c’est que je ne pouvais pas parler des incontournables de la naissance sans parler de cette marque dont je suis devenue une fan inconditionnelle, bien que je n’aie pas encore testé tous leurs produits !

Avant de vous parler de Natessance, je dois vous parler du groupe Léa Nature qui comprend plusieurs marques de plus en plus réputées comme So Bio Etic pour les cosmétiques ou Jardin Bio pour l’alimentation. « Le spécialiste des produits naturels », c’est sa devise, porte parfaitement bien son nom à mon avis, et plus je découvre les produits des marques du groupe, plus j’adhère (il y a déjà plusieurs mois, je vous parlais de mon enthousiasme pour le bio, et bien il continue de s’accroître !).

Mais là, on parle bébé, donc c’est de la marque Natessance plus particulièrement dont je vais vous parler. Attention, tous les produits Natessance ne sont pas bio, mais un soin tout particulier est attaché à leur composition, essentiellement d’origine naturelle. Ce sont trois produits que je vous ai sélectionnés que vous pouvez rajouter les yeux fermés à votre liste de must-have après la naissance de bébé (avant de fermer les yeux, lisez l’article quand même hein, que je l’écrive pas pour rien !).

natessance

1. Le bioliniment protecteur

Je sais, je radote, je vous en ai justement parlé il n’y a pas si longtemps. Rappelez-vous, c’était ICI. Je ne vais donc pas m’éterniser sur le sujet mais me contenter du minimum. Quand Coquillette est née, je ne pensais pas qu’il fallait forcément protéger ses fesses au moment du change. Je lui nettoyais le siège, je changeais sa couche et voilà. La pédiatre m’avait parlé du Bepanthen en cas d’irritation (depuis, j’ai quitté ma pédiatre) et c’est le premier produit vers lequel je me suis tourné quand les premières rougeurs sont apparues sur les petites fesses dodues de ma fille. Quand j’ai jeté un oeil à la composition, aïe aïe aïe, j’avais beau n’y rien connaître, j’avais juste l’impression de lui barbouiller les fesses de cochonneries chimiques. A la pharmacie, on m’a conseillé du liniment oléo-calcaire. J’ai testé plein de marques  et je me suis mise à utiliser du liniment à chaque change. Cela a plus ou moins suffi jusqu’au jour où les premières poussées dentaires se sont fait sentir et alors là, catastrophe, si j’arrivais à enrayer les grosses crises avec des produits plus costauds, jamais les fesses de Coquillette ne redevenaient toutes belles comme avant, même entre deux crises. Jusqu’à ce que je tombe sur le bioliniment protecteur de Natessance. Non seulement ses fesses sont redevenues blanches et douces, mais en plus les crises d’érythème se sont espacées et sont devenues moins violentes. Pour moi, c’est clair, c’est ce bioliniment qu’aura Crapulette du jour de sa naissance jusqu’à ce qu’elle ne porte plus de couches ! (J’ai déjà 6 litres de stock à la maison, et c’est pas une blague, j’ai profité d’une promo)

2. La crème de change calmante et protectrice

Un produit complémentaire du bioliniment en cas, justement, de crise d’érythème. Si vraiment les dégâts sont trop importants, ça ne suffira pas, et il ne faut surtout pas mettre de crème sur des fesses qui suintent, uniquement du Bleu de Milian ou, le cas échéant, de l’éosine. Mais pour les irritations qui surviennent régulièrement dans la vie d’un bébé, que ce soit au moment de la diversification, à cause d’un gros caca qui pique ou d’une dent qui a du mal à sortir, j’ai constaté que cette crème était plus efficace que la fameuse Bepanthen pourtant conseillée par la pédiatre. Et surtout, plus naturelle ! En plus, je la trouve parfaitement couvrante : sa texture la rend agréable à utiliser.

3. L’huile d’amande douce

J’ai vu qu’elle existait aussi en bio mais pour le coup, celle que j’ai achetée en parapharmacie ne l’était pas. Pourtant, c’est malgré tout devenu mon huile de prédilection. Ce qui est bien, c’est qu’elle est multi-usage ! Parfaite pour masser bébé après son bain par exemple, elle est aussi efficace pour maman contre les vergetures ! Je ne vous fais pas de promesses intenables, si vous devez avoir des vergetures, vous en aurez quoi qu’il arrive. J’en suis la preuve vivante, malgré tout ce que je me suis tartiné comme crème, huile, etc… Mon ventre est intact mais les hanches, les fesses et les cuisses ont sacrément morflé. Malgré tout je continue à me tartiner, je pense sincèrement que ce serait pire si je ne faisais rien. Depuis un bon mois maintenant, j’utilise exclusivement l’huile d’amande douce Natessance. J’aime son odeur pas trop forte, et j’aime la texture de l’huile par rapport à celle d’une crème, même si je suis toute grasse en allant me coucher (il faut dire que je ne lésine pas). Pour ce qui est des massages de bébé, il y a belle lurette que Coquillette n’aime plus ça, il faut toujours que ça bouge avec elle. Mais quand elle était petite, elle aimait bien les massages et j’aurais voulu avoir cette huile à l’époque. Pas grave, j’ai retenu la leçon pour Crapulette !

 

L’astuce du dimanche #36

Pas d’astuce du dimanche la semaine dernière, vous l’aurez remarqué, puisque j’étais à la maternité ! Alors cette semaine, justement, je vais vous parler du séjour à la maternité…

Ce n’est pas un moment que j’aime beaucoup, difficile de se reposer quand n’importe qui surgit dans votre chambre à n’importe quelle heure alors que vous dormez, quand vous recevez trois tonnes de visites qui sont fatigantes mine de rien, quand la nuit est interrompue par des bruits dans le couloir en plus des pleurs de votre propre nouveau-né…

Cette fois-ci cependant, ça s’est mieux passé pour moi, parce que je savais comment ça se passait et que j’ai pris des mesures pour être moins fatiguée.

D’abord, on a limité les visites à la proche famille et aux très proches amis et on a également demandé à ce que les gens ne viennent pas à plus de deux à la fois, rapport à la température des chambres à la maternité qui grimpe très, très vite… Ensuite, j’ai repéré la plage horaire où les infirmières, puéricultrices, pédiatres, aides-soignantes, etc… ne venaient jamais, en début d’après-midi dans mon cas et j’ai réservé ce moment pour faire une sieste, quasiment tous les jours. J’ai eu la chance que Crapulette dorme aussi à ce moment-là.

Enfin, les premières nuits sont assez difficiles en général, surtout pour les mamans allaitantes avant la montée de lait. J’ai passé l’intégralité de la première nuit ou presque à donner le sein à Crapulette, j’aurais été éreintée si je n’avais pas renoncé à la faire dormir dans son berceau entre deux. Il suffit de demander au personnel de nuit de vous aider à installer votre bébé dans votre lit en toute sécurité. Ainsi vous pourrez allaiter en restant couchée et laisser votre bébé s’endormir contre vous tout en gardant votre sein à proximité. Croyez-moi, c’est bien moins fatigant comme ça et si vous ne souhaitez pas cododoter par la suite (c’est d’ailleurs mon cas), ça ne vous engage à rien pour autant. De même, je ne fermais pas les volets de la chambre pour bénéficier de la lumière extérieure. Comme ça, pas besoin d’allumer l’horrible lumière de la chambre qui éblouit ! J’espère que mes astuces vous aideront à être moins fatiguée durant les premiers jours partagés avec votre nourrisson…

Bon dimanche à tous !

Les incontournables de la naissance #2 : les innovations Babymoov (Concours inside)

Babymoov fait partie des marque que j’ai découvertes tardivement et c’est bien dommage ! Avec le recul, je me rends compte qu’avant la naissance de Coquillette et même après, j’ai fait de mauvais choix d’achats par manque de connaissance du sujet. Ce n’est qu’avec le temps que j’ai peu à peu intégré les critères importants à prendre en compte en puériculture et là, Babymoov m’est vraiment apparu comme étant une marque de confiance.

Premier point positif : il s’agit d’une marque française et mine de rien, ça compte !  Ensuite, il suffit de visiter leur site Internet pour comprendre mon intérêt pour cette marque…

babymoov

Mon premier achat chez eux a été le robot Nutribaby quand j’ai décidé de faire mes petits pots pour Coquillette moi-même. Auparavant, un robot pour préparer les repas de bébé me semblai un achat superflu. Après tout, il suffisait d’un cuit-vapeur, d’un mixeur et puis voilà. Bon, déjà, je n’avais pas de cuit-vapeur. Mais même si j’en avais eu un : imaginez un peu sortir le cuit-vapeur et le mixeur à chaque repas, déjà (avec la vaisselle qui va avec). Et puis, quel intérêt aussi d’utiliser des robots de grande contenance pour préparer de petites quantités, même si je préparais plusieurs repas d’un coup ?

De plus, la partie cuisson de Nutribaby réserve de bonnes surprises : deux paniers pour pouvoir cuire les aliments séparément, pour des durées pas forcément identiques (il suffit de rajouter un panier en cours de cuisson), mais aussi un bac pour récupérer le jus de cuisson. Impeccable pour des purées plus liquides sans devoir rajouter de l’eau qui n’aurait aucun intérêt nutritif. Là, on récupère les vitamines et le goût !

blog4

Mais là, vous allez me dire, je vous parle d’un robot pour les repas de bébé dans un article qui est censé évoquer les incontournables de la naissance. Et oui, parce que le Nutribaby sert aussi de chauffe-biberon et de stérilisateur ! Là, l’investissement commence vraiment à prendre tout son sens, non ? Surtout que je n’ai pas fini… Aujourd’hui, je vous l’avoue, je ne cuisine plus beaucoup pour Coquillette : un peu de paresse, mais aussi beaucoup de découragement face à son attitude à l’heure des repas. Passer du temps à cuisiner pour tout jeter au final, ça me désespère au plus haut point, mais bon ce n’est pas le sujet. Même si je ne l’utilise plus que très rarement pour mon bébé, et bien j’utilise le Nutribaby pour… nous, ses parents ! Je vous l’ai dit, on n’avait pas de cuit-vapeur, et bien celui-ci est tout à fait utilisable pour nous aussi ! Les deux paniers peuvent se réunir pour n’en faire qu’un de grande contenance si besoin et pour deux, c’est largement suffisant !

Bref, je suis vraiment conquise. La preuve : souvent, quand j’achète un nouveau robot ménager, je le range dans un placard et je le sors toujours avec réticence parce que je dois tout bouger, tout brancher, etc… Là, le Nutribaby a sa placé dédiée, sa prise électrique dédiée et il n’en bouge pas. Il fait vraiment partie de ma cuisine, au même tire que la cafetière par exemple !

babyphone

Et puis je vous ai déjà parlé il n’y a pas si longtemps du babyphone Premium Care qui a réglé mon souci puisqu’avec deux bébés dans deux chambres différentes, j’allais avoir besoin de deux émetteurs pour un seul récepteur. Bien que Crapulette ne soit pas encore là, j’utilise déjà le nouveau babyphone pour sa grande soeur et après plusieurs semaines d’utilisation (même plusieurs mois maintenant), j’en suis toujours enchantée. Depuis mon dernier article, il a aussi passé avec succès le crash-test puisque mon chat l’a fait tomber par terre sans aucun dommage, ouf ! Il est simple d’utilisation et j’aborde l’arrivée du nouveau bébé avec sérénité, sans crainte de m’emmêler les pinceaux pour comprendre qui pleure ou dans quelle chambre il fait trop chaud. En plus, sa faible émission d’ondes le rend complètement inoffensif, ce qui n’est pas le cas de tous les babyphones…Pour plus de détails, je vous redirige vers mon premier article ICI.

Chez Babymoov, il y a aussi ces produits dont je regrette de ne pas avoir fait l’acquisition mais bon, il faut bien être raisonnable quand même, comme le désormais célèbre Doomoo Nid, et ceux que je pense acquérir sous peu parce que ça va vraiment m’être utile, comme le chauffe-biberon autonome.

La bonne nouvelle, c’est que chez Babymoov, en plus de créer des produits de puériculture qui changent la vie, ils sont gentils, et ils vous proposent un chouette cadeau à gagner ! Il s’agit du Lovenest, un cale-tête ergonomique à utiliser dès la naissance du bébé afin d’éviter les problèmes de tête plate. Je ne peux pas vous en parler en détails puisque je ne l’ai pas testé personnellement, mais je peux quand même vous parler du problème de tête plate auquel j’ai été confronté avec Coquillette. Si nous avions fait attention à son couchage pour la nuit afin d’éviter ce souci, nous n’avions pas pensé que de longues heures passées dans un transat pendant la journée pourraient à ce point affecter la forme de sa jolie petite tête. Non, avoir la tête un peu aplatie n’est pas nécessairement grave et la plupart du temps, cela passe au fil des mois, comme ça a finalement été le cas pour Coquillette. Mais j’ai été très inquiète à ce sujet pendant un sacré moment, et quand je pense que j’aurais pu éviter cela avec un simple coussin comme le Lovenest, encore une fois je me dis zut, je suis passée à côté de quelque chose ! (On a suffisamment de sujets d’inquiétude avec un bébé comme ça n’est-ce pas ?)

lovenest lovenest2 lovenest3

Pour tenter de remporter un coussin Lovenest, je vais vous faire travailler un peu et vous demander de me dire qui est à l’origine de sa création ! La réponse se trouve ICI.

Pour participer au concours, je vous demande donc :

– de me laisser un commentaire sous cet article en me donnant votre réponse à la question (les commentaires seront modérés pendant toute la durée du concours)

– de liker la page Facebook de Babymoov et de me dire avec quel pseudo vous l’avez fait

Et c’est tout, c’est aussi simple que ça ! Si vous souhaitez des chances supplémentaires, vous pouvez :

– me suivre sur Facebook (+1) et/ou sur Hellocoton (+1) toujours en me précisant avec quel pseudo

– partager le lien du concours sur Facebook (+1) et/ou sur Hellocoton (+1) en me donnant le lien direct

– vous abonner à ma newsletter en me précisant le début de votre adresse mail (+1)

Le concours commence aujourd’hui (jeudi 18 septembre) et se finira le dimanche 28 septembre à minuit. Je tirerai au sort le gagnant qui sera annoncé en édit de l’article le plus rapidement possible et qui aura ensuite une semaine pour me contacter.

Je vous demanderai simplement un peu d’indulgence concernant le délai de tirage au sort, puisque j’aurai fraîchement accouché !

Pour finir, j’adresse un grand merci à Babymoov d’avoir accepté de s’associer à mon blog à l’occasion de la naissance de Crapulette !

 

EDIT DU 04/10 : RANDOM a désigné la gagnante et il s’agit de… (roulements de tambour)

random1

MLLE FRISETTE !! Bravo à toi ! Envoie moi vite tes coordonnées via le formulaire de contact !

Merci à tous pour vos nombreuses participations et n’oubliez pas que vous pouvez toujours participer au concours Maman Natur’elle, jusqu’à dimanche soir !

Les incontournables de la naissance #1 – Le tire-lait manuel Tommee Tippee

Comme vous le savez (ou pas si vous découvrez mon blog), j’accoucherai très prochainement de mon deuxième bébé (à moins que ce ne soit déjà fait au moment où vous lisez ces lignes !). Pendant quelques temps, je vais donc vous parler des articles, des marques et des enseignes de puériculture qui, après une première expérience, sont devenus pour moi des incontournables à la naissance d’un bébé.

Pour commencer, c’est une marque dont je ne vous ai jamais parlé que je vais évoquer : Tommee Tippee. J’avais lu un article élogieux sur son tire-lait manuel sur un blog et quand j’en ai eu besoin d’un, c’est tout naturellement vers cette marque que je me suis tournée.

Je dois d’abord vous parler du tire-lait de manière générale. A la naissance de Coquillette, une fois que j’ai eu ma montée de lait, j’ai eu vraiment VRAIMENT beaucoup de lait. J’avais emmené avec moi, comme indiqué sur la liste fournie par la maternité, des coques à glisser dans le soutien-gorge pour recueillir le lait du sein qui n’était pas tété. Systématiquement, la coque était remplie et débordait même, ce qui me valut quelques petits soucis techniques. Quand la puéricultrice est venue me donner les instructions avant de quitter la maternité, je lui en ai parlé et je lui ai demandé si elle pensait que c’était une bonne idée d’utiliser un tire-lait pour évacuer ce trop-plein de lait. En réalité, dans mon cas, ce n’était justement pas une bonne idée comme elle me l’a expliqué, puisque mes seins, plus sollicités, allaient produire encore plus ! Je n’ai donc pas eu besoin de tire-lait avant quelques mois, au bout desquels on s’est dit que ce serait pas mal de commencer à donner un petit biberon de mon lait par-ci par-là à Coquillette.

En fait, j’étais un peu horrifiée par l’idée du tire-lait. J’avais vu le film « Un heureux événement » et la scène où la jeune maman doit tirer son lait avec une véritable trayeuse m’avait traumatisée. Je ne voulais pas de ça, le tire-lait électrique était donc exclu d’office pour moi. En même temps, j’avais lu beaucoup d’avis de mamans qui avaient du mal avec le tire-lait manuel : pénible, inefficace, long, tels étaient les adjectifs qui le qualifiaient souvent. Celui de Tommee Tippee, en revanche, semblait sortir du lot, son prix était raisonnable, et j’ai décidé de tester.

tommeetippee1

Premier avantage de l’objet d’après moi : son faible encombrement. Là, je pense notamment aux mamans qui reprennent le boulot mais qui souhaitent continuer à allaiter. Il est plutôt facile à glisser dans un sac, tant que celui-ci ne fait pas la taille d’un porte-monnaie évidemment ! Ensuite, son montage et démontage pour le nettoyer est simple. Avec un peu de pratique, ça va vraiment tout seul.

tommeetippee3

En ce qui concerne son utilisation, je ne peux pas comparer avec d’autres tire-laits puisque c’est le seul que j’aie testé, mais j’en ai en tout cas été très contente. L’emplacement pour le sein est confortable, la prise en main est pratique, il n’y a pas besoin d’être Musclor pour actionner la pompe. J’ai eu un peu peur au début que la sensation d’aspiration du mamelon soit désagréable voire douloureuse, il n’en est rien. Le tire-lait se visse directement sur les biberons Tommee Tippee ce qui est un gain de temps, de vaisselle et d’hygiène puisqu’on n’a pas besoin de transférer le lait d’un récipient à un autre. Le seul aspect un peu gênant de ce tire-lait est le petit bruit qu’il produit au pompage. En réalité, ce n’est pas très gênant, et ça faisait bien marrer mon homme quand je m’attelais à la tache !

tommeetippee2

Côté efficacité, je n’ai pas eu à me plaindre mais sur ce point, il faut dire que je n’avais pas de problèmes de production de lait, bien au contraire. A la fin de l’allaitement, quand j’ai commencé à avoir une baisse de production conséquente, je devais faire plusieurs séances de tirage de lait pour avoir un biberon complet, mais je pense que ça aurait été pareil avec n’importe quel tire-lait, même électrique.

Voilà en tout cas un produit que j’ai soigneusement rangé dans mon placard et que je ressortirai dès que nécessaire lors de mon allaitement avec Crapulette. Je le considère comme un des bons achats puériculture que j’ai réalisés et je ne peux que le conseiller à mon tour aux mamans allaitantes qui souhaitent introduire des biberons de lait maternel de temps à autre !

Un cadeau de naissance pour la grande soeur

Coquillette n’a que 17 mois, c’est difficile pour nous de savoir comment elle perçoit l’arrivée prochaine de sa petite soeur. Elle ne comprend probablement pas précisément de quoi il s’agit, mais vu comme elle est intelligente, elle doit bien comprendre qu’il se trame quelque chose. D’ailleurs, je me demande si son obsession pour les nombrils de tout le monde n’a pas quelque chose à voir avec l’énorme bidon que j’ai développé ces derniers mois…

Pour l’instant, ça ne change pas grand chose pour elle. Soit je suis plus fatiguée et je me repose de plus en plus sur son père quand il est à la maison, mais elle est toujours ma priorité. Quand le bébé sera là, j’ai bien peur qu’elle ne comprenne pas pourquoi ce n’est plus à elle que je consacre la majorité de mon temps. J’aurai beau faire de mon mieux pour qu’elle ne se sente pas délaissée, je ne suis pas naïve au point de croire que ça ne lui fera rien.

La première étape cruciale sera sa première visite à la maternité. Et pour ce grand moment, j’ai voulu qu’elle sente qu’elle est toujours aussi importante à nos yeux. Je me suis dit qu’un petit cadeau symbolique que je lui donnerais ce jour-là serait une bonne idée, mais je ne voulais pas que ce soit n’importe quelle peluche ou n’importe quel jouet acheté au hasard dans un magasin. C’était trop impersonnel à mon goût. Comment je me suis mise à la couture depuis quelques mois (plutôt quelques semaines en réalité), j’ai eu envie de lui faire quelque chose avec mes petites mains, mais surtout avec tout mon coeur.

J’ai donc farfouillé sur Internet à la recherche d’une idée sympa pour lui faire un joli doudou et j’ai trouvé une énorme quantité de choses toutes plus adorables les unes que les autres, mais c’est sur le site Créenfantin que j’ai trouvé mon bonheur avec ce tutoriel pour fabriquer d’adorables hérissons.

J’ai craqué immédiatement, et il était marqué que c’était facile. Parfait non ? Bon en réalité, ce n’était pas si facile que ça. Je n’avais jamais cousu d’appliqué, ni brodé au point bourdon et je n’ai jamais rien fait d’autre en réalité qu’une gigoteuse, une housse de coussin et une Bai Jia Bei toujours en cours.

Le résultat est très loin d’être à la hauteur de l’original, évidemment. Il est plein de défauts, les appliqués sont cousus de façon hyper anarchique, les deux côtés de la bouche de chaque côté du visage ne sont pas alignés et le rembourrage n’est pas parfait au niveau des pics. Mais finalement, ces défauts font partie intégrante de cette peluche. Ils racontent une histoire : l’histoire d’une maman pas très bonne couturière mais qui avait vraiment envie de faire plaisir à sa fille et de lui offrir plus qu’un doudou fabriqué en série. Et puis il a une bonne bouille ce hérisson, non ?

hérisson1

hérisson2

hérisson3

hérisson4

L’astuce du dimanche #35

Aujourd’hui je vous parle faire-parts ! Ce n’est pas au hasard puisqu’on vient justement de se décider pour le modèle qu’on enverra pour annoncer la naissance de Crapulette… Enfin, pour l’annoncer de façon officielle parce qu’aujourd’hui, recevoir un faire-part dans sa boîte aux lettres n’est plus vraiment une surprise ! Surtout quand il arrive plusieurs mois après !

Si je trouve ça un peu dommage de recevoir parfois un faire-part trois mois après la naissance d’un bébé, je ne jette absolument pas la pierre aux parents qui ne trouvent pas le temps de s’y mettre avant. Moi-même, si je n’avais pas été boostée par mon homme, je ne m’y serais peut-être jamais mise pour celui de Coquillette, et quoi qu’il arrive, pas aussi rapidement !

Le choisir à l’avance est une bonne option pour gagner du temps, mais ce n’est pas la seule qui existe ! Certains sites proposent notamment de pré-enregistrer votre faire-part avec le texte personnalisé auquel il suffit ensuit de rajouter photo, date, poids, etc… Mais finalement, ce n’est pas ce qui prend le plus de temps. Le pire, ce sont les adresses…

La liste des gens à qui envoyer les faire-parts a été plutôt vite dressée, mais il y a une tache pénible, c’est de retrouver les adresses de tout le monde. De un, je n’ai pas de carnet d’adresses, je sais, je devrais mais je n’en ai pas, c’est comme ça… De deux, plein de gens déménagent d’une année à l’autre, surtout dans notre tranche d’âge. De trois, parfois on connaît bien l’adresse, mais les codes postaux, vous les connaissez vous ?

Du coup, il faut envoyer des messages pour demander les adresses, chercher sur les pages blanches ou vérifier sur Google Maps. Bref, autant de choses qu’on peut préparer bien à l’avance, avant la naissance du bébé ! Surtout quand on a mal au dos, un bidon énorme et qu’on n’a pas envie de décoller du canapé. Il suffit de s’armer de son téléphone, de son ordinateur, d’un stylo et d’un bloc notes et c’est parti ! Pour avoir dû faire tout ça APRES la naissance de Coquillette, je peux vous dire qu’il vaut vraiment mieux le faire avant si on veut éviter de péter un plomb.

Encore une fois, certains sites proposent une option (payante par contre) bien pratique : la réception à l’avance des enveloppes afin de pouvoir les préparer ! Elle est pas belle la vie ?

Bon dimanche à tous !