Laissez-moi dormiiiir, laiissez-moiiii

blog1

Titre à lire en musique, avec la voix de Dalida bien sûr !

Ce soir, je vous raconte ma vie et surtout, ma nuit pourrie et mes tentatives de siestes échouées. Je culpabilise un peu de me plaindre pour si peu alors que Coquillette fait ses nuits depuis de longs mois maintenant mais depuis 24 heures, j’ai un peu l’impression que le dieu du sommeil s’acharne contre moi ! Et puis on pardonne tout aux femmes enceintes non ? Alors allez, aujourd’hui, je me plains un peu !

Hier soir, comme il faisait chaud, je couche Coquillette avec simplement sa couche, comme souvent quand il fait 25°C ou plus dans sa chambre. Non sans lui avoir donné auparavant une dose de Camilia puisque sa quatrième pré-molaire est sur le point de sortir et qu’elle a un peu de mal à percer. Evidemment, je m’attends à une nuit un peu perturbée.

Coquillette se met à chouiner pendant la soirée mais se rendort immédiatement, avant que j’aie le temps de monter la voir. On se couche un peu avant minuit, avec la fenêtre de notre chambre ouverte pour profiter de la fraîcheur de la nuit. Malgré l’heure tardive, je trouve qu’il y a encore beaucoup de circulation et le bruit des voitures m’empêche de m’endormir (en plus les pompiers passent toutes sirènes hurlantes). Là-dessus, Crapulette se déchaîne dans mon bidon et vu qu’elle commence à être à l’étroit, autant vous dire que je morfle ! Au bout d’un moment, malgré tout, je commence quand même à sombrer. A ce moment-là, hurlements en provenance de la chambre de Coquillette. Cette fois, ça ne se calme pas et je me lève donc. Il est minuit et demi. J’arrive dans sa chambre et avec la lumière du palier qui est allumée, la première chose que je vois est… une paire de fesses nues ???

J’allume donc la lumière de sa chambre et ne peux que constater les dégâts. La couche gît au bout du lit, visiblement vide donc Coquillette a dû la retirer à peine couchée. Si elle est vide, ce n’est pas le cas du lit : ma fille est couchée sur le ventre, nue au milieu d’une immense flaque de pipi, ainsi que tous ses doudous, tant qu’à faire. Elle est elle-même trempée et pleure, ce que je peux bien évidemment comprendre. Je la prends dans mes bras, me retrouvant aussitôt moi-même pleine de pipi, et j’appelle son papa à la rescousse. Pendant qu’il va la changer et la nettoyer, je m’occupe du lit. Heureusement, l’alèse a bien fait son boulot et le matelas est impeccable ! On se rince vite fait nous aussi (oui, mon homme aussi est passé par la case plein de pipi), je lance une lessive et je retourne coucher Coquillette, visiblement complètement dans le gaz…

Sauf que… pas moyen de la rendormir. Dès que je ferme la porte de sa chambre, elle se remet à hurler. Je finis par réussir à la calmer et je retourne me coucher à 1h30. Maintenant, c’est moi qui ai bien du mal à me rendormir. Je suis tout ce qu’il y a de plus réveillé et à cause de la fenêtre ouverte, notre porte bouge et fait clac-clac, ce qui m’énerve passablement. Une fois la porte bloquée, je commence enfin à retrouver le chemin du sommeil bien mérité (il est déjà plus de 2 heures) mais soudain, nouveaux hurlements de Coquillette ! Un réveil à mettre sur le compte des dents cette fois-ci, probablement, et il n’y a que dans mes bras qu’elle se calme. Je m’installe donc dans le fauteuil de sa chambre pour lui faire un gros câlin et au bout d’un moment, elle commence à se laisser aller et à s’endormir. C’est alors que son papa se met à ronfler bien fort. Aussitôt Coquillette est intriguée et commence à pointer du doigt la direction de notre chambre en appelant. Rhaaaaa ! Bref, après avoir fait taire le ronfleur, il me faudra encore un bout de temps pour rendormir la non-dormeuse… Recouchée à 3 heures, je serai ensuite réveillée toutes les heures par les chouinements de Coquillette. Le réveil a sonné à 7h30, pour une fois, Coquillette dormait encore, mais pas pour longtemps.

Je me suis levée crevée mais surtout, avec des contractions que ne me plaisaient pas des masses. J’ai donc décidé de profiter des siestes de Coquillette pour dormir moi aussi. Elle s’est endormie sans problème le matin, mais le voisin a décidé de faire des travaux justement à ce moment-là. Re-rhaaaa!!! Pas moyen de dormir le matin donc et l’après-midi, Coquillette n’a daigné dormir que 30 minutes, à peine le temps pour moi de trouver le sommeil.

Je pourrais dire que c’était une mauvaise journée mais en fait, même pas. Aujourd’hui, pour la première fois, Coquillette s’est mise à envoyer des bisous en faisant claquer ses lèvres. Et c’est juste la chose la plus mignonne que j’aie jamais vue…

 

Publicités

2 réflexions sur “Laissez-moi dormiiiir, laiissez-moiiii

  1. Ah Ah dès que j’ai vu le titre, avant même que je lise la 1ère phrase, j’ai eu la chanson dans la tête, merci hein! 🙂
    En tout cas, ya bien que pour nos bouts de chou qu’on est capable de faire ça, l’amour nous fait faire des trucs jte jure!

    Bisou

  2. Ah la vache ça pique!
    Je te ferais bien un bisou pour te consoler (ainsi que Coquillette) mais je n’ose huhu!!
    Tu as subi une période maudite du sommeil, j’espère que ça va passer fissa ^^

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s