Bluffante

mariage

Bluffante, c’est le mot qui me vient à l’esprit pour décrire ma fille ce week-end. Samedi, nous étions invités à un mariage auquel j’étais témoin. D’habitude, dans ce genre de situation, nous nous serions arrangés pour faire garder Coquillette, ça aurait été plus simple. Mais la mariée étant sa marraine, nous avons décidé de faire une exception et de la garder avec nous non seulement pour les cérémonies l’après-midi mais aussi pour le vin d’honneur et la soirée.

Elle a fait courir son papa dans l’église parce que maintenant qu’elle sait marcher, ce n’est même plus la peine d’espérer qu’elle reste assise tranquillement pendant une heure. Mais on ne l’a pas entendue du tout. Elle n’a pas pleuré, elle n’a pas râlé, et elle n’a même pas arraché le joli bandeau avec lequel je l’avais coiffée. Déjà là, j’étais bluffée.

Mais le moment que j’appréhendais le plus, c’était la soirée. Parce qu’en gros, si elle ne dormait pas, nous allions passer notre temps à courir après elle. Autant dire que c’était très mal parti. Il y avait une pièce parfaite pour que les enfants puissent dormir mais pas très grande et quatre lits parapluie y ont été installés au cours de la soirée, plus une petite fille par terre, plus une personne âgée sur un matelas. Ça en faisait du monde entassé. Difficulté supplémentaire, évidemment, tous les bébés ne sont pas allés se coucher en même temps et les lits parapluie n’avaient pas été installés à l’avance. Ajoutez-donc au tableau des allers-retours incessants, des lumières allumées, des parents qui parlent (fort), des montages (puis démontages) de lits parapluies (et ce n’étaient pas des Magic Bed). Et je ne parle même pas de la musique que j’entendais aussi bien dans le baby-phone qui s’affolait que sur la piste de danse…

Bref, des conditions pas terribles pour Coquillette qui a l’habitude de dormir dans un calme parfait (ou presque), dans le noir et surtout, seule.

Moi j’étais désespérée, je m’énervais dès que je voyais quelqu’un rentrer dans la pièce pour aller changer de chaussures ou écrire sa carte de félicitations pour les mariés. Et puis en fait, on n’a pas entendu une seule fois Coquillette.

Elle a été la première à aller se coucher parce qu’après sa soupe, elle avait vraiment l’air dans le gaz (pas de sieste l’après-midi, ça ne pardonne pas). Elle s’est endormie tout de suite et ensuite, elle a tranquillement accepté tout le bazar autour d’elle. Elle se réveillait à chaque fois puisque les gens venaient me le dire, mais elle ne pleurait pas et ne disait rien. Probablement qu’elle se rendormait ensuite. Tout le monde s’est extasié sur sa sagesse, moi la première.

Elle a continué ensuite en s’endormant directement dans la voiture quand nous sommes repartis, puis en se rendormant aussi vite quand nous l’avons couchée dans sa chambre en rentrant à 5 heures. Le lendemain (le jour même en fait !), elle nous a même accordé une grasse matinée jusque 8h50 (vraiment exceptionnel chez Coquillette).

Maintenant, j’ai juste envie de faire un pied de nez géant à tous les gens qui nous ont reproché de ne pas la laisser pleurer, de ne pas l’habituer à dormir dans des lieux bruyants, de toujours la coucher aussi tôt, etc, etc… Parce que pour moi, il est clair que c’est grâce à ces habitudes qu’on lui a données et grâce au fait qu’elle soit persuadée qu’on sera là pour elle si quelque chose ne va pas qu’elle a supporté cette nuit un peu compliquée sans broncher (bon et aussi parce que ma fille est parfaite mais ça c’est une autre histoire !). Je ne dis pas ça pour nous lancer des fleurs, mais je le dis pour tous les parents de jeunes bébés qui ne veulent pas non plus laisser pleurer leur bébé, à qui on le reproche et qui parfois, doutent d’avoir choisi la bonne option (on est passé par là aussi) : continuez à suivre ce que votre instinct vous dicte, ça portera ses fruits un jour ou l’autre !

PS : en photo, Coquillette sans sa jolie robe de demoiselle d’honneur (même si en vrai, elle n’en était pas vraiment une)

L’astuce du dimanche #26

Et voilà, c’est déjà dimanche et c’est donc le moment de vous présenter mon astuce hebdomadaire ! Cette fois, ça concerne les sorties en famille…

J’ai pris l’habitude de fourrer tout un tas de jouets dans mon sac quand on sort avec Coquillette, histoire de la distraire et qu’elle ne nous fasse pas une crise en pleine séance de courses, au resto, au musée ou je ne sais où encore… Résultat je fais tout le temps gling gling parce qu’il y a des clochettes et des maracasses dans mon sac (le pire, c’est quand je sors sans Coquillette et que j’oublie de les retirer…), mon sac ne ferme plus et pèse trois tonnes et en plus, ces derniers temps, ça ne marchait plus trop, notre chère fille ayant plutôt envie de galoper partout au lieu de s’amuser avec ces jouets qu’elle connaît déjà par coeur.

Et puis, un jour, en désespoir de cause, je lui ai refilé un petit livret publicitaire qui traînait dans mon sac. Là, miracle, voilà que ça l’a occupée pendant au moins 10 minutes (autant dire une éternité par rapport à ce qu’on vit d’habitude…). Depuis, je glisse toutes sortes de petits dépliants dans mon sac et ça marche à tous les coups (en ce moment en tout cas). Je vous conseille de privilégier ceux où il y a des couleurs, si possible des têtes de bébés ou des petits dessins (genre les pubs Pampers ou Blédina que je ne dois pas être la seule à recevoir dans ma boîte aux lettres…). Des vieux magazines sont aussi très efficaces. Et quand bébé en a marre de regarder, il déchire, et ça l’occupe encore un bon bout de temps ! Attention tout de même à ce qu’il ne mange pas des petits morceaux de papier, et plus important encore : attention aux agrafes qu’il y a parfois au milieu ! Le mieux c’est de les retirer dès le début, par sécurité.

Après vous avoir révélé ce secret pour des sacs moins lourds et des sorties plus tranquilles, il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon dimanche ! (Et si vous aussi vous avez des techniques pour occuper bébé en sortie, je suis preneuse !)

Cette semaine sur la blogosphère #5

Je n’ai pas été très présente sur le blog cette semaine mais voilà, aujourd’hui je suis témoin à un mariage (vous vous doutez que j’écris donc cet article deux jours à l’avance et que je le programme…), j’ai donc consacré mon temps à préparer bien d’autres choses ! J’ai tout de même pris le temps d’aller lire un peu à droite à gauche ce que nous réservaient d’autres blogs et voici ma petite sélection…

– Je n’en suis pas encore là puisque Coquillette ne rentrera pas à l’école avant septembre 2015 mais j’ai trouvé intéressant l’article de Mamanwhatelse sur les parents d’élèves, et notamment sur une mésaventure qui lui est arrivée… En fin de compte, ça vole pas plus haut que dans une cour de récré ! Bon à savoir avant d’avoir à affronter ce genre de situation à son tour…

– Chez Wondermomes.fr, c’est un billet très bien fait et très intéressant sur l’autonomie des enfants pour s’habiller que vous trouverez (à partir de quel âge, comment les y encourager, quelques astuces…). Comme pour l’article précédent, c’est un peu trop tôt pour Coquillette mais pas tant que ça en fait ! Quelques mois à peine et elle enfilera son pantalon toute seule (j’ai du mal à le croire en l’écrivant…)

– Rien à voir avec la maternité, les enfants ou une quelconque grossesse pour une fois, mais j’ai été contente de lire cet article de Maman styliste qui a tenté un mois sans fond de teint pour une opération detox. L’expérience n’a pas été très concluante pour elle mais je suis à 100% d’accord avec sa conclusion ! Je suis moi-même une no fond de teint. Je n’en ai jamais porté, donc je n’ai pas eu le risque de devenir accro comme le sont bon nombre de mes amies. Elles sont toutes plus jolies les unes que les autres mais avouent qu’elles sont incapables de sortir sans, je trouve ça tellement dommage de se coller autant de cochonneries sur la peau alors que c’est si peu nécessaire. (Je ne dis pas que je suis canon, loiiiiin de là ! Mais simplement, je préfère rester naturelle, c’est comme ça que je me sens bien)

– Pour finir, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt un article du blog d’hysterikfamily (que j’ai découvert par la même occasion) qui compare deux accouchements, l’un avec et l’autre sans épisiotomie. Ma propre expérience de l’épisio n’a pas été aussi terrible, malgré tout si je pouvais m’en passer, j’en serais ravie… Difficile cependant d’imposer ce genre de volonté en plein accouchement. A vrai dire, je n’ai pas eu l’impression de maîtriser quoi que ce soit la première fois, et je n’ai même pas été avertie qu’on me faisait une épisio. Un billet intéressant en tout cas qui pourrait contribuer à faire évoluer les habitudes des gynécos !

Concevoir #2 : comment Internet m’a fait plonger dans l’obsession

courbe-de-temperature-1n

Il y a peu, je commençais à vous parler de conception et notamment de la façon dont la réalité vous rattrape quand vous décidez d’avoir un enfant (si ça vous intéresse, c’était ICI).

Je vous ai raconté mes difficultés pendant nos premiers mois d’essai et je me suis arrêtée au moment où je découvrais les forums (style Doctissimo, enceinte.com ou auféminin). Je pense que je suis d’abord tombée dessus par hasard, et puis je suis tombée sur des sujets spécialement créés pour les femmes en essai bébé (les essayeuses du mois de janvier/février/mars…). Le principe est simple, une internaute ouvre un sujet et toutes celles qui veulent peuvent la rejoindre. J’ai rejoint un de ces sujets, vous vous en doutez bien. Au jour le jour, on se raconte nos vies, ou plutôt la vie de notre utérus. C’est bien le seul endroit où vous trouverez jamais des dizaines de femmes qui se parlent ouvertement de la date et de l’abondance de leurs règles, de la texture de leur glaire cervicale ou de la couleur de leurs mamelons.

Au début, je me suis dit que ça m’aidait et dans un premier temps, c’était vrai. C’était difficile de parler de notre désir d’enfants autour de moi parce que de un, quasiment personne n’était au courant et de deux, ceux qui l’étaient n’étaient pas forcément dans le trip. Alors pouvoir parler librement de ce qui m’arrivait au jour le jour, avec des femmes qui vivaient la même chose, qui partageaient mes angoisses, ça faisait du bien, même si on ne se connaissait pas. Pendant un temps, je me suis presque sentie plus proche d’elles que de mes propres amies (aujourd’hui, je ne me souviens même pas de leurs pseudos).

Et puis très vite, j’ai découvert jusqu’où pouvait aller l’obsession du désir d’enfant : les courbes de températures, les tests d’ovulation, l’examen des glaires cervicales. J’ai plongé dedans les yeux fermés. J’ai acheté un énorme paquet de tests d’ovulation (qui ne marchaient pas) et tous les matins, mon réveil sonnait à 6h pour que je puisse prendre ma température toujours à la même heure. Je la répertoriais ensuite soigneusement dans un cahier et puis j’observais les courbes que ça donnait, j’essayais de les comprendre, je faisais des pronostics sur ma date d’ovulation, de règles,… Je reportais même ces températures sur un site internet qui proposait aussi de noter la date des rapports, l’apparence des glaires cervicales, et d’éventuels symptômes (tout y passait, du mal de ventre au mal de tête en passant par le volume des seins) ainsi que les médicaments que prenaient certaines pour favoriser la conception. Et puis le site calculait pour vous la date d’ovulation. Quand je rentrais chez moi le soir, je faisais mon petit test d’ovulation sur le résultat duquel quel je m’interrogeais ensuite pendant des heures. Sur les conseils d’autres filles, je me suis mise à prendre un complément alimentaire : Oligobs PMA, un cocktail de vitamines censé aider à la conception et qui contenait notamment de l’acide folique, qu’on doit normalement prendre deux mois avant de tomber enceinte. Du coup, ce n’était pas un si mauvais investissement et ça ne pouvait pas me faire de mal. Au cas où, j’en ai même filé à mon homme (vous avez le droit de vous moquer si vous voulez, je suis la première à reconnaître à quel point tout ça était ridicule). Au boulot, j’allais régulièrement voir si j’avais reçu des réponses sur le forum auquel j’étais inscrite. Si je m’étais fait prendre, ça aurait pu me coûter mon travail, mais je n’y pouvais rien, je ne pensais qu’à ça toute la journée.

En très peu de temps, je suis devenue experte pour décrypter les messages : gygy pour gynéco, BB1 pour un premier bébé, BB2 pour un deuxième, etc… TO pour test d’ovulation, un +++ pour un test de grossesse positif, un seul + pour un test d’ovulation positif, TP pour travaux pratiques, comprendre un rapport strictement dans le but de concevoir, bien peu romantique.

Au final, avec Internet et les forums, je me suis enfoncée dans l’obsession, je suis devenue accro et ça n’a pas DU TOUT fait avancer les choses. Nos essais ne fonctionnaient toujours pas, mes règles étaient toujours aussi irrégulières et mes cycles toujours aussi longs. Seul point positif à mes yeux, les courbes de températures que je faisais m’ont permis de constater que j’ovulais à chaque cycle. J’ai eu la chance de croiser une fille sur un forum qui a un jour posté un message pour s’excuser de son absence parce qu’elle préférait prendre un peu de distance vis à vis de tout ça. J’ai pensé que ça ne me ferait peut-être pas de mal non plus et j’ai cessé de fréquenter ces sites quotidiennement.

J’ai aussi pris une décision raisonnable (enfin !), celle de prendre rendez-vous avec un « gygy », histoire de faire le point, même s’il était sûrement trop tôt pour qu’il puisse m’aider puisque je n’étais « que » à 8 mois d’essais à peu près. C’était en juin 2012, il y a tout pile deux ans. La suite au prochaine épisode !

Un livre pour mieux consommer

La semaine dernière, j’ai été victime d’un achat compulsif, mais pour la bonne cause ! (Je sauve les apparences comme je peux…) A peine lue la critique du livre « Le bon choix pour vos enfants », du collectif LaNutrition.fr, je me suis dit qu’il me le fallait AB-SO-LU-MENT et vous savez quoi ? J’avais raison et je ne regrette absolument pas mon achat !

livre1

Ce livre n’est pas de ceux qu’on range dans la bibliothèque et qu’on oublie, il est plutôt de ceux qu’on consulte toutes les semaines, qu’on laisse traîner sur la table du salon, voire carrément dans son sac à main. Mais avec tout ça, vous ne savez toujours pas de quoi il parle. En fait, il décrypte à votre place les étiquettes des produits alimentaires que vous achetez pour vos enfants de 0 à 16 ans (ça concerne aussi beaucoup d’aliments qu’on consomme nous-mêmes). Parce qu’à moins que vous soyez vous-mêmes nutritionnistes, ou que vous passiez trois heures dans chaque rayon de votre supermarché à lire les listes d’ingrédients (en admettant que vous réussissiez à les comprendre…), vous êtes probablement comme moi : à la recherche d’une promo, d’un produit que vous achetez par habitude sans même y réfléchir ou encore du dernier yaourt trop bon goûté chez une copine, sans prêter attention à la quantité d’additifs, de sucre ou autres cochonneries. Ce livre le fait pour vous et je peux vous dire qu’on apprend des choses !

Un mot d’ordre : « n’achetez plus les yeux fermés ! » En plus d’explications détaillées sur les différents additifs contenus dans les aliments, d’interview de spécialistes ou encore sur la réelle importance nutritionnelle de tel ou tel aliment, le collectif LaNutrition.fr, composé de journalistes scientifiques et diététiciens nutritionnistes, a dressé des listes des produits les plus rencontrés au quotidien en les classant par thème. Chaque produit est analysé pour vous (par exemple, combien d’additifs sont contenus dedans) et au final, on vous dit si oui ou non il est recommandé (page de gauche, les oui, page de gauche, les non). Dans chaque catégorie, un top et un flop sont également sélectionnés.

livre2

Comme je faisais quand même déjà attention à ce que j’achetais pour Coquillette, je n’ai pas été surprise de constater que les produits Hipp figuraient toujours du bon côté. En revanche, ça m’a donné envie de tester les produits Babybio, dont je n’ai pas été déçue ! Pour nous, par contre, ce n’est pas trop ça… Les yaourts que je consomme presque quotidiennement depuis que je suis enceinte son très mal classés, les glaces dont on a tendance à s’empiffrer ces derniers temps aussi (bon ça, on s’en doutait un peu en même temps) mais heureusement, les surprises vont dans les deux sens ! Le Nutella, par exemple, figure dans les oui !! Youpiiii !! La preuve en image :

livre3

Forcément, ce sont souvent des produits un peu plus chers qu’on retrouve dans les tops, le collectif l’avoue lui-même (en même temps, ça paraît logique) et pourtant, il y a là aussi des surprises ! Le top des pâtes à tartiner est par exemple celle d’une marque distributeur et elle contient 16% de noisettes ! (je n’ai plus qu’une idée en tête depuis : la goûter !)

Il est précisé que le livre est rédigé dans l’indépendance la plus absolue et je les crois volontiers, certaines marques sont présentes du bon comme du mauvais côté et on sent vraiment que chaque avis est rédigé de façon impartiale.

Je ne le possède que depuis quelques jours mais j’ai déjà changé mes habitudes de consommation et ce matin, en allant faire mes courses, j’ai opté pour quelques produits bien classés que je n’avais jamais essayés. Si vous aussi vous n’avez plus envie d’acheter et de manger n’importe quoi, je vous le recommande vraiment, c’est un investissement pour votre santé ! Et si vous n’êtes pas ou plus concernés par les aliments pour enfants, il existe également « Le bon choix au supermarché « (700 aliments analysés pour votre santé) et « Le bon choix pour cuisiner ».

Et vous, vous faites attention à ce que contiennent les produits que vous achetez ?

Une Bai Jia Bei pour Crapulette

Je vous parlais il y a quelques jours des aménagements que nous avons prévus pour la chambre de Crapulette et notamment de la Bai Jia Bei que je compte bien réaliser avec mes petites mains pour sa naissance.

Pour ceux qui ne connaissent pas (je ne connaissais pas il y a à peine un mois de ça !), la Bai Jia Bei (plus communément appelée BJB, c’est plus facile hein !) est une couverture rassemblant 100 coupons de tissus différents (comme un patchwork), offerts par la famille, les amis, les proches, réalisée pour la naissance d’un bébé et censée lui porter bonheur. Cette tradition vient de Chine (pour la petite histoire, c’est ICI) et rencontre un grand succès sur les blogs ces derniers temps ! Maman Mammouth en réalise notamment une pour son fils et il ne lui manque plus qu’une trentaine de coupons ! Quand j’en ai parlé avec elle, elle m’a proposé de m’envoyer quelques coupons et j’en ai reçu trois à peine trois jours plus tard, vraiment super jolis (voir la photo), accompagnés en plus d’un gentil petit mot !

BJB

J’en avais déjà trois à la base et j’en ai parlé à ma mère qui va sûrement réussir à m’en dégoter une paire dans ses affaires de couture. C’est après que ça se corse parce qu’autour de moi, il n’y a pas beaucoup de monde qui coud et qui est donc susceptible de posséder des chutes de tissu. C’est que mine de rien, cent bouts de tissu, ce n’est pas facile à réunir ! En plus, comme je suis un peu tarée, je voudrais aussi que Coquillette puisse avoir sa BJB avec un peu de retard ! Je tente donc ma chance et fais appel à votre générosité ! Si vous avez un petit bout de tissu en 20×20 qui traîne quelque part et que vous voulez lui trouver une petite place sur la BJB de Crapulette (ça c’est du recyclage rentable parce que j’espère bien qu’elle gardera sa couverture toute sa vie !), n’hésitez pas à m’en parler en m’envoyant un petit mail via le formulaire de contact du blog ! Et si vous-même réalisez une BJB pour votre bébé, dès que j’aurai assez avancé pour avoir un peu de rab de tissu, je pourrai même vous en envoyer d’autres en échange !

J’ai vu que beaucoup de créatrices de BJB procédaient ainsi et je trouve cette idée très sympa pour une couverture vraiment diversifiée et surtout, pleine d’histoires à raconter !

Et bébé, il en pense quoi de l’été ?

Coucou !

Aujourd’hui, c’est moi, Coquillette, qui vous raconte ma vie ! Maman a pensé que c’était mieux comme ça, vu que l’été, la chaleur, toussa toussa… c’est vraiment pas du tout mon truc…

Je suis née au printemps et quand l’été est arrivé l’année dernière, j’étais bien trop petite pour supporter la chaleur. Dans ma chambre, la température est montée jusqu’à 30°C ! Quand c’est comme ça, je préfère dormir en couche, c’est bien le minimum ! Papa et Maman ont bien tenté d’autres stratégies comme me faire dormir dans une pièce plus fraîche ou placer une glacière remplie d’eau froide et de blocs de glace juste à côté de mon lit, mais ça n’a pas vraiment marché… J’ai beaucoup pleuré, peu dormi, et il a même fallu annuler nos vacances en cours à cause d’une canicule imprévue fin septembre ! Le séjour tournait au cauchemar…

Mais même au quotidien, Maman n’osait plus sortir de la maison avec moi. Bon, j’avoue, entre 12h et 16h (voire même 17h), il faisait de toute façon vraiment trop chaud pour ça, mais je n’aurais pas été contre une petite balade « à la fraîche » de bon matin ou en fin de journée. Seulement voilà, à l’époque, on n’était pas assez bien équipé pour rendre ces sorties pratiques et agréables. Papa et Maman m’avaient acheté une jolie ombrelle anti-UV mais dès que la route tournait, il fallait qu’on s’arrête pour refaire les réglages pour pas que je me prenne tout le soleil dans la figure. Ou parfois, pendant que Papa me poussait, Maman tentait de jouer elle-même à la barrière anti-UV en se déplaçant tout autour de la poussette : d’un ridicule, je ne vous raconte pas ! Depuis, ils ont trouvé la solution idéale mais c’est à l’époque que j’en aurais eu besoin, parce que maintenant, cette solution m’agace un peu (tant pis, ça servira pour ma petite sœur) : la housse anti-UV Shade a Babe de la marque Outlook qui s’adapte sur toutes les poussettes.

shade

Comme je ne suis qu’un petit bébé à la peau fragile, Maman tenait aussi à me tartiner de crème solaire, mais celle qu’elle avait prise était bien trop épaisse ! Elle en avait pour trois heures à me recouvrir avec et je finissais toute blanche  (et ça ne partait même pas après le bain parfois !). Du coup, on essayait d’éviter d’avoir besoin d’en mettre, donc on ne sortait pas des masses… Cette année, Maman m’a dégoté une bien meilleure crème, plus fluide et en plus, quand elle m’en met, ça me fait un massage (*extase*). Bon sauf sur le visage, ça j’aime pas trop. Et puis en remettre toutes les 2 heures, c’est un peu pénible aussi, mais bon, c’est nécessaire. Il s’agit du Spray solaire très haute protection visage et corps de Mustela.

spray

Le bob et les lunettes de soleil, je tolère, mais pas trop longtemps. Au bout d’un moment, j’arrache tout. J’ai beau savoir que c’est pour mon bien, les lunettes me font pas aux oreilles et le bob me chauffe la tête ! Alors quand j’en ai assez, Maman rabat bien la capote de la poussette pour que je sois bien à l’ombre quand même. Dans la voiture, il y a des pare-soleil sur les fenêtres arrière et sur le pare-brise arrière, mais j’ai quand même super chaud et je transpire beaucoup. Voilà une super occasion de me faire arroser avec un brumisateur, j’adore ça ! Maman en a acheté un petit qui tient dans son sac, comme ça, elle peut l’emmener partout avec nous ! J’ai aussi très soif cet été ! L’année dernière, je me contentais du bon lait de Maman mais cette année, je consomme des litres d’Evian ! (et puis j’en crache la moitié sur moi aussi, c’est trop rigolo !) J’ai même un petit gobelet rien qu’à moi que j’adore et qui vient d’Ikea. Il n’est pas beau ?

bbchat

Et puis bientôt, je vais recevoir une jolie combinaison anti-UV Fifty Sun, comme ça je pourrai aller jouer dans ma mini-piscine gonflable dans le jardin ! J’ai hâte !!

Avec tout ça, c’est Maman qui souffrira plus de la chaleur cet été que moi ! (Si vous voyiez ses doigts… on dirait des petits boudins hihi)

 

L’astuce du dimanche #25

Vous avez sûrement entendu dire que les bébés et les jeunes enfants imitent ce qu’ils voient faire autour d’eux. Non seulement c’est rigolo (je peux faire faire des grimaces terribles à Coquillette !) mais en plus ça peut se révéler très pratique. Je m’explique.
Je ne sais pas comment ça se passe chez vous mais ma fille, par exemple, n’aime pas qu’on lui essuie la bouche à la fin des repas (et pourtant, Dieu sait à quel point c’est nécessaire…). Je lui donne donc à elle aussi un morceau d’essuie-tout et au choix :
– je m’essuie la bouche moi-même et elle fait de même pour elle
– je lui essuie la bouche et elle essuie la mienne (comprendre elle m’enfonce sauvagement l’essuie-tout dans la bouche, mais c’est pas grave)
Ça marche aussi pour le lavage des dents, pour lui donner à manger à la petite cuillère si elle est réticente ou encore pour lui apprendre à boire au verre. Soyez imaginatifs !
Bon dimanche à tous !

Cette semaine sur la blogosphère #4

Et bien finalement on dirait que je tiens le rythme de ce nouveau rendez-vous hebdomadaire ! Il faut dire qu’il y a de quoi faire avec les très nombreux blogs qu’on trouve sur la toile, en particulier sur le thème de la maternité ! Vous trouverez encore une fois un eu de tout dans ma sélection de la semaine mais tous ont un point en commun : celui d’avoir suscité l’intérêt chez moi ! J’espère qu’il en sera de même pour vous…

 

– Un article un peu coup de gueule pour commencer, celui de La Mite Orange à propos du traitement de l’allaitement à l’hôpital. Cette maman nous parle de sa propre expérience mais on peut trouver de nombreux témoignages similaires qui traduisent tous un gros problème autour de l’allaitement. Les jeunes mamans qui rencontrent des difficultés sont en effet soumises à des opinions et des conseils qui se contredisent, à des remarques culpabilisantes ou décourageantes. Pas facile ensuite de se motiver à continuer !

– Deuxième article coup de gueule, mais vraiment vraiment celui-là ! Je rejoins totalement la blogueuse de belle.enceinte qui explique sa colère face à un cas difficile de séparation de parent et rappelle une évidence (pas si évidente que ça apparemment) : on n’utilise pas les enfants comme des instruments pendant un divorce (ni à un autre moment d’ailleurs). J’ai personnellement souffert de cette situation alors que j’étais déjà adolescente, alors imaginez un peu ce qu’un jeune enfant peut bien endurer…

– Allez, on change de ton avec une super idée d’activité proposée par Mama Loca (qui l’avait vue sur un autre blog qu’elle cite mais moi c’est là que je l’ai découverte donc…). Je ne vous donne pas de détails, tout est bien expliqué chez elle, et puis comme ça le temps que ce lien s’ouvre vous aurez un peu le temps d’imaginer ce que peut bien être la peinture propre.

– Et je termine cette sélection avec un billet de Doudou et Stiletto qui retrouve le plaisir de partager quelques jours avec un seul enfant au lieu de deux ! Ça me fait penser qu’il ne reste que trois mois (aujourd’hui tout pile !) à Coquillette pour profiter de sa position de fille unique, et à moi pour profiter de pouvoir ne me consacrer qu’à elle. J’espère malgré tout que plus tard, de petites occasions comme celle-ci se présenteront et que je pourrai encore profiter de ma Coquillette en tête à tête !

 

Sur ce, je vous souhaite à tous un excellent week-end !

 

Une place pour elle

bazar

Créer de l’espace là où il n’y en a pas, en voilà un vrai défi !
Plus que trois mois maximum avant l’arrivée de Crapulette (et oui ça y est, j’ai trouvé son nom de blog, ça vous plaît ?) et sa chambre sert toujours de bureau/chambre d’amis. C’est peut-être bien la pièce la plus encombrée de la maison !
C’est exactement le genre de défi que j’adore. Tout bouger, à droite, à gauche, jouer à Tetris avec les meubles et aux puzzles avec les bibelots. Je peux être tranquillement assise, en train de faire quelque chose qui n’a strictement rien à voir, et d’un seul coup avoir une lubie : tel meuble ira parfaitement bien ici ! Telle chose pourrait faire office d’une autre ! Et alors là il faut absolument que je le fasse sur le champ, que l’homme de la maison soit là ou pas, qu’il y ait quelque chose de lourd à déplacer ou un meuble à démonter, je m’en fiche, je trouve un moyen de le faire. Quand mon mari rentre le soir et voit ce qui a bougé, je connais d’avance sa réaction : « mais t’es folle ! »
Ben oui, un petit peu sur les bords je l’avoue, mais quand j’ai une idée quelque part…
C’est ainsi que j’ai déjà transporté une bibliothèque du bureau jusqu’à notre chambre puis classé les livres par noms d’auteurs, que j’ai changé le vaisselier de place dans la salle à manger, que j’ai installé un coffre dans la chambre de Coquillette pour y ranger ses peluches… Mais bon, je n’ai fait qu’une toute petite part du travail !
Un bureau, une deuxième étagère, un banc, une tourne-disque et tous les vieux disques qui vont avec, un Marsupilami géant, une table basse et des tas d’objets divers et variés attendent encore d’être déménagés. (En me relisant, je me demande comment on a fait pour tout faire rentrer dans cette pièce qui n’est pas si grande que ça !)
Quant au clic-clac, lui, il restera dans la chambre de Crapulette. J’aurai ainsi un coin bien confortable pour m’installer pour allaiter pendant la nuit. En plus, je compte bien fabriquer une Bia Jai Bei (couverture composée de 100 coupons différents de tissu), qui sera parfaite pour recouvrir ce clic-clac et personnaliser la déco.
Côté déco justement, ce sera probablement direction Ikéa, Vertbaudet et Maisons du Monde, mais je vous montrerai tout ça une fois que ce sera fini !