Laisser le temps au temps

Image

J’espère que dans quelques mois, je me souviendrai avoir écrit cet article ou que je retomberai dessus. En tout cas, j’aurais bien aimé pouvoir lire ça quand Coquillette était toute petite petite.

Devenir parent, c’est un grand bouleversement, je ne vous apprends rien. Vous le savez si vous l’êtes déjà, ou on vous l’a sûrement dit si vous ne l’êtes pas encore. En fait, c’est carrément une perte de tous ses repères.

Quand on m’a posé mon bébé dans les bras, à sa naissance, j’étais tellement fière, tellement heureuse de pouvoir la tenir enfin dans mes bras, que c’est à peine si j’ai eu conscience de l’autre sentiment qui s’est emparé de moi à cet instant. Le sentiment d’être aspirée dans une nouvelle vie sans aucun moyen de faire demi-tour, pas vraiment un sentiment négatif, mais un peu effrayant quand même. Pendant les premières semaines, j’ai parfois eu l’impression d’avoir pris une responsabilité trop lourde pour moi. J’ai eu l’impression de ne pas être capable d’être une bonne mère et j’ai eu énormément de peine pour mon bébé, innocent et sans défense, qui n’avait rien demandé mais se retrouvait avec une mauvaise mère. Je me sentais dépassée, et je n’avais peut-être jamais imaginé auparavant à quel point ma vie changerait. Je pensais que ça resterait toujours comme ça, que je n’aurais plus jamais le temps de manger un repas entier, de prendre un bain, de passer un peu de temps en amoureux avec mon homme, de ressortir avec mes amies. Ce n’est pas que j’étais malheureuse, parce que je passais des moments formidables avec ma Coquillette, mais j’étais un peu perdue.

La vérité, c’est que jamais rien ne redevient exactement pareil qu’avant. Ou plutôt si : on recommence à manger, prendre des bains, passer du temps avec son mari ou ses amies mais il y a ce « plus » dans votre vie : ce bébé qui ne cesse jamais d’occuper vos pensées et en fonction duquel vous devez vous organiser. En fait, quand on devient parent, on doit se créer de nouveaux repères, apprendre à vivre à trois, apprendre à se garder du temps pour soi. Ca prend du temps parce qu’au début, c’est difficile de trouver des répères durables avec un bébé dont le rythme change sans cesse : on s’adapte, ça marche, puis ça ne marche plus, on se ré-adapte, ça re-marche, puis ça ne re-marche plus, etc… Mais petit à petit, on avance. Tout ce qu’il faut c’est rester confiant et laisser le temps au temps. Cela fait plusieurs mois maintenant qu’on a trouvé un vrai rythme, un vrai équilibre et de vrais repères avec Coquillette.Pour certains bébés, ça ira plus vite. Pour d’autres, ce sera plus long. Il n’y a pas de règles avec un bébé. Mais si je regarde autour de moi tous les parents que je connais, ce que je peux vous dire c’est que tôt ou tard arrive ce moment où l’on retrouve ses repères, où l’on se souvient de notre vie d’avant mais que celle qu’on a maintenant nous convient carrément mieux parce qu’il y a ce fameux « plus ».

Je sais que dans quelques mois, nos repères vont à nouveau changer avec l’arrivée q’un quatrième membre dans notre famille. Je sais qu’on va à nouveau traverser une période de transition qui sera d’autant plus difficile à gérer que Coquillette devrai elle aussi trouver de nouveaux repères. Mais cette fois, je me sens forte de ma première expérience et forte de cette certitude : un jour, quoi qu’il arrive, on trouvera nos repères à quatre et je trouverai ma nouvelle vie encore mieux que celle que j’ai maintenant parce qu’au lieu d’avoir un « plus », j’en aurai deux. Il me suffira de rester confiante et de laisser le temps au temps.

Publicités

3 réflexions sur “Laisser le temps au temps

    • Je pense qu’on doit être pas mal dans ce cas-là, mais ce n’est pas le genre de sujets qu’on aborde facilement avec l’entourage ! bonne continuation à toi ! bisous

  1. Bonsoir,

    Curieusement, je n’ai pas trop ressenti la peur de ne pas être une bonne mère.
    Par contre, c’est vrai qu’il faut un certain temps pour prendre ses repères et trouver un rythme, une naissance reste un chamboulement.

    Tu vois, ce que j’appréhendais davantage, c’est que mon enfant ne m’aime pas… heureusement, cela n’a pas duré, on comprend très vite à quel point ce petit être tient à nous ❤

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s