Culpabilité

Image

Quand on a un premier enfant, on se retrouve bombardé d’informations venant de tous côtés. Il y a du bon à prendre, évidemment, mais pas seulement malheureusement.

Il y a les conseils que les donneurs de leçons feraient mieux de se garder : « tu vas en faire un capricieux de ton bébé », « ton lait ne doit pas être bon », « il ne faut pas lui donner à manger dès qu’il réclame », etc etc… Je crois que tous les jeunes parents ont été au moins un peu bassinés par ces idées reçues.

Il y a les professionnels de santé pas très à jour sur l’allaitement par exemple, ou simplement pas très compréhensifs, qui doivent penser qu’en vous noyant de reproches vous vous sentirez mieux en sortant de chez eux.

Et puis il y a les livres, pas tous bons (mais comment savoir avant de commencer à les lire ?), Internet et ses forums où l’on trouve là aussi vraiment de tout. On lit que bébé doit dormir autant d’heures par jour, boire autant de lait par jour, toutes les X heures. Ces informations ne sont pas toujours fausses, au contraire, mais pas toujours réalisables dans la réalité parce que bébé n’aime pas les siestes, a un RGO ou simplement un petit appétit (ou au contraire, un gros appétit).

Avec cette quantité d’informations à trier qui nous tombe dessus, on a beau savoir que tout n’est pas bon à prendre, on finit par se sentir déboussolés, à se dire qu’on fait mal notre travail de parent, qu’on va causer des soucis à notre bébé qui va au choix devenir obèse, ne pas grandir correctement, avoir des troubles du comportement plus tard ou que sais-je encore. Et on se sent terriblement coupable, parfois jusqu’à remettre en cause notre légitimité en tant que parent. J’ai moi-même été victime de ces informations au niveau du sommeil de Coquillette. Elle dormait peu, c’est vrai, mais j’étais tellement inquiète du nombre d’heures qui lui manquaient que je m’énervais parce qu’elle ne voulait pas dormir, je me stressais et je la stressais probablement aussi, ce qui n’arrangeait probablement rien au problème. En grandissant en tant que mère, je deviens bien plus zen, même si je suis toujours attentive aux détails importants. Simplement, je ne vais pas faire de caca nerveux si ma fille ne boit pas autant de soupe qu’elle le devrait le soir ou si elle ne dort pas autant qu’il le faudrait en journée. Parce qu’il est clair que c’est un bébé qui va bien ! Elle est souriante, joyeuse, fait des tas de progrès visibles quasiment chaque jour, mange varié et d’une quantité qui me paraît suffisante même si elle ne correspond pas aux « normes ».

Je voudrais donc faire passer un petit message aux futurs parents et aux jeunes parents submergés d’informations. Oui, il y a quelques règles basiques importantes à suivre comme choisir un lait adapté à l’âge du bébé, peser sa viande pour éviter l’excès de protéines, le protéger du soleil ou ne pas le jeter par la fenêtre quand il pleure. Mais n’essayez pas à tout prix de coller aux normes et ne croyez pas toujours les anciens qui sont parfois bien loin d’être des sages. Ecoutez votre bébé, écoutez votre instinct. S’il va bien, si vous vous sentez à l’aise avec vos choix d’éducation (je ne me suis jamais sentie aussi mal qu’en tentant de laisser pleurer Coquillette, un signe suffisant pour moi pour savoir que je ne devais pas le faire), vous faites probablement les bons choix pour lui. Si votre pédiatre ou votre médecin vous enfonce au lieu de vous soutenir, cherchez-en un autre. Quand on essaye de toutes ses forces de faire du mieux qu’on peut pour son bébé, on ne peut pas être de mauvais parents. Des erreurs, on en fera forcément, des petites, des grosses, maintenant ou à l’adolescence, mais cela ne signifie pas que nous sommes des mauvais parents pour autant, cela signifie simplement que nous sommes humains.

Publicités

4 réflexions sur “Culpabilité

  1. Tu as tout à fait raison. J’avais lu un super livre avant la naissance de PetitCombattant « Bébé, dis moi qui tu es » de Philippe Grandsenne. Je le conseille à tous les jeunes ou futurs parents autour de moi car il déculpabilise énormément et surtout nous donne confiance en notre capacité à comprendre nos bébés. L’auteur est pédiatre. J’aurais aimé tomber sur un pédiatre comme lui !!!

  2. C’est vrai que les conseils foireux on s’en passerait bien et pourtant faut voir tout ce qu’on se prend en pleine tronche.
    L’autre jour un petit vieux de 88 ans m’a dit que c’était pas normal que mon Pepito ne fasse pas ses nuits le tout en me donnant des conseils… heu tes conseils d’éducation qui ont 60 ans je m’en passerais volontiers vieux schnock, cependant comme je suis polie j’ai dit « oui oui »> THE méthode à appliquer pour faire fermer les gueules.

    • Mama Loca, tu as raison, le oui amen est une bonne technique mais parfois, je n’arrive pas à m’empêcher de rétorquer ! Et vu le nombre de bébés qui ont du mal à faire leurs nuits avant plusieurs mois, je doute que la « normalité » soit forcément un bébé qui dort 12h ininterrompues chaque nuit… Mais va donc le faire comprendre aux gens…

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s