Le début de la fin

blog1

On savait bien que ça ne tarderait pas, après tout, Coquillette a plus de 10 mois maintenant. Il y a un mois environ, elle a commencé à se mettre fréquemment sur le ventre alors qu’elle jouait sur son tapis. Puis, à essayer de se mettre à 4 pattes. Puis à reculer, un peu. Maintenant, elle recule toujours mais beaucoup. Hier, après un petit tour dans la cuisine, je l’ai retrouvée sur le carrelage, bien loin de son tapis. Heureusement, ça fait déjà un moment que les barrières sont installées à la maison. Dans notre cas, elles sont plutôt indispensables puisque les pièces de vie se trouvent au premier étage, en haut d’un escalier en carrelage (aïe aïe aïe). A partir de maintenant, nous allons donc systématiquement les fermer.

Et puis ce matin, quand Coquillette s’est réveillée à 6h30, elle a commencé à bavarder avec ses peluches, comme d’habitude. On la laisse toujours quelques minutes, le temps de nous réveiller avant qu’elle ne s’impatiente. Mais là, d’un seul coup, un cri perçant suivis de pleurs. Violent le réveil. Je fais un bond, j’allume la lumière et je débarque dans sa chambre à toute vitesse avec les yeux à peine ouverts et je la trouve… à 4 pattes au bout de son lit, coincée dans le sens de la largeur et coincée aussi par sa gigoteuse emmêlée autour d’elle, à essayer d’attraper les nounours installés à ses pieds. Soulagement parce qu’elle ne s’est pas fait mal mais aussi pointe de culpabilité… N’aurais-je pas dû baisser la hauteur du matelas depuis longtemps déjà ? Si elle était passée par-dessus bord… Mais ouf, ce n’est pas arrivé. Aujourd’hui, je baisse le matelas sans faute et j’augemente ma vigilance d’un cran.

Je sais que les prochains mois ne vont pas être de tout repos et pourtant, je suis si contente de voir ma Coquillette commencer à se déplacer seule. J’ai hâte de la voir marcher bien que tout le monde me dise qu’après, je regretterai le bon vieux temps. Parce qu’elle a soif de liberté, ma fille. Je le lis dans ses yeux, je le sens. Alors même si je dois être épuisée à force de courir partout après elle, je serai heureuse de la voir s’épanouir en découvrant enfin par elle-même le monde qui l’entoure.

Publicités

Une réflexion sur “Le début de la fin

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s