Petite victoire

Je suis fière et heureuse de vous annoncer que je suis allée seule aux bébés nageurs avec Coquillette et que nous sommes rentrées en vie, sans bosse et le sourire aux lèvres ! Bon ok, ça ne paraît pas bien glorieux dit comme ça… Pourtant, à la première séance de bébés nageurs, je peux vous assurer que j’étais loin de m’imaginer que c’était faisable. Et à l’époque, c’est vrai, ça ne l’était pas du tout ! Il a fallu du temps pour que de petites habitudes se créent, pour qu’on acquière des petites techniques pour gagner en efficacité, pour qu’avec deux bras seulement, j’arrive à me débrouiller mieux qu’avec quatre la première fois !

Image

Ca passe d’abord par une bonne organisation préalable. Et en premier lieu, par l’organisation du sac :

– la cape de bain de Coquillette, je la mets dans un sac plastique à l’intérieur de mon sac de piscine. Comme ça, sur place, je n’ai qu’à sortir le dit sac pour l’emmener au bord du bassin et récupérer facilement de quoi essuyer mon petit bébé tout mouillé en sortant de l’eau

– le matelas à langer (un tout bête, tout fin mais c’est suffisant) et la serviette que j’utilise pour le protéger sont placés sur le dessus du sac pour que je puisse les attraper facilement en arrivant dans les vestiaires

– ma serviette (ou nos serviettes si nous y allons tous les deux) est en vrac dans le sac

– un petit tube de Bepanthen, la couche maillot de bain et la couche pour la sortie du bain sont rangés sagement dans une autre pochette du sac, dans laquelle je range aussi mes sous-vêtements pour me rhabiller

– toutes les affaires indépendantes de la piscine genre papiers de la voiture, portefeuille ou clefs de maison sont aussi dans une autre poche du sac. Comme ça on ne s’embarrasse pas avec un sac en plus ou des trucs qui risquent de tomber de nos poches

L’organisation concerne aussi la tenue que je porte. Bien entendu, j’arrive avec le maillot de bain déjà enfilé, mais je m’arrange aussi pour porter des vêtements rapides à enfiler : un jean et un sweat-shirt font l’affaire. Même les chaussures doivent être faciles à retirer et à enfiler car à la piscine où nous allons, nous sommes obligés de nous déchausser avant de rentrer dans les vestiaires. Imaginez donc le tableau : seule, avec votre bébé dans les bras, le sac de piscine en bandoulière, à devoir retirer une paire de bottes lacées… J’opte donc pour une paire de baskets dont je n’ai même pas besoin de retirer les lacets pour les retirer ou les mettre.

Sur place ensuite, les choses obéissent à un ordre précis. Je dois d’abord vous expliquer que dans les vestiaires de ma piscine, il n’y a qu’une seule cabine avec table à langer. Il n’y a pas de bagarre pour l’avoir (en tout cas je n’y ai jamais assisté), tout se passer dans la plus grande courtoisie, mais quand même, elle est très convoitée cette cabine super pratique. Pour la grande majorité des parents donc, c’est direction l’ilôt central des vestiaires, une espèce de grand banc sans dossier, sur lequel on trouve un ou deux matelas à langer selon les semaines. Très suffisant pour changer les bébés, beaucoup moins pour les parents évidemment, surtout que ce sont des vestiaires mixtes.

Avant le bain, pas de soucis, je commencer par enlever le manteau de Coquillette parce qu’il fait super chaud, je l’installe sur un matelas à langer et je reste à côté d’elle pendant que je me déshabille et que je fourre chaussures et manteau dans un casier d’une part, pull et pantalon dans le sac d’autre part (duquel j’ai préalablement retiré le sac avec la serviette de Coquillette pour ceux qui suivent). Puis c’est le tour de Coquillette, je lui mets sa couche maillot de bain, tous ses vêtement vont eux aussi dans le sac, le sac dans le casier, le matelas à langer et la serviette repliés ensemble par-dessus et hop ! direction le bassin avec sa cape de bain bien emballée.

A notre première séance de bébés nageurs, on a pris un risque terrible : celui de faire passer Coquillette sous la douche. Erreur ! Elle s’est mise à hurler, pas cool. Après cette première expérience ratée, on passait sous la douche chacun notre tour en se la refilant, de manière à ce qu’elle ne soit pas mouillée. Et puis j’ai vu une maman faire un truc pas mal : passer sous la douche avec son bébé dans les bras mais de façon très très brève, en tournant et en faisant wouhou !! (pour faire diversion). J’ai essayé et ça a marché ! Youpi ! Bon par contre, quand on sort du bassin, je l’emballe tout de suite dans sa cape de bain pour ne pas qu’elle prenne froid donc elle ne repasse pas sous la douche dans ce sens-là.

Dans l’eau, même seule avec un bébé on se débrouille pas trop mal. Il n’y a que pour l’installer dans les frites doubles que c’est compliqué puisqu’il faut les écarter pour faire passer le bébé. Du coup j’ai assis Coquillette sur un structure flottante et je lui ai passé les frites autour de la tête et des épaules pour l’installer dedans, puis pour l’en retirer. Nickel !

C’est au retour sous les vestiaires qu’on prie pour avoir la fameuse cabine équipée de la table à langer. Evidemment, la fois où j’en aurais eu vraiment besoin, c’est-à-dire ce samedi, où j’étais seule parce que mon homme travaillait, elle était prise… (Quand on est deux, on a juste à se relayer avec Coquillette pendant que l’autre va dans une cabine simple) J’ai donc commencé par m’occuper de Coquillette, la sécher, changer sa couche, la rhabiller, rien de compliqué de ce côté. Deuxième tentative du côté de la cabine tant convoitée. Toujours pas libre. Zut de zut. Bon qu’est-ce que je fais ? J’attends ? Mouais, mais Coquillette a l’air plutôt pressée. Je me débrouille pour me déshabiller et me rhabiller sous ma serviette. Non, trop risqué ! Je me suis donc dirigée, plutôt dubitative, vers une cabine tout simple. J’ai assis Coquillette sur le mini banc en me collant contre elle pour ne pas qu’elle tombe et j’ai réussi à me sécher et me rhabiller, sans qu’elle tombe et sans qu’elle se cogne. Ouf…

Bilan des courses : super ! On s’est amusées comme d’habitude et ça n’a pas été beaucoup plus compliqué finalement. Coquillette, à présent, même si ton papa travaille et que personne ne peut le remplacer, tu ne louperas plus de séances de bébés nageurs !

Publicités

Une réflexion sur “Petite victoire

  1. je vais aussi aux bébé nageurs avec mon fils de 15 mois. Le papa, ça ne l’intéresse pas vraiment, il préfère rester bricoler à la maison. Je n’y suis jamais allé seule malgré ça, il y a toujours une de mes soeurs, mon beau-frère, ma belle-soeur, ma maman qui veut m’accompagner et voir doudou s’amuser dans l’eau. Mais j’appréhende un peu le jour où j’irais seule, pas facile de gérer bébé en même temps qu’on s’habille !

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s