A peine née, déjà à table !

Je ne suis plus aussi assidue qu’avant sur le blog depuis quelques semaines et j’en suis vraiment désolée. C’est une période chargée pour moi parce que j’ai beaucoup de choses à faire, je vous en toucherai un mot (ou plus d’ailleurs) prochainement… Mais je n’oublie pas ce blog et j’ai toujours plein de trucs à vous raconter !

Aujourd’hui c’est à nouveau d’allaitement dont je vais vous parler. En fait, je vais même vous parler de la première tétée de Coquillette. Si j’ai choisi de vous en parler maintenant, c’est parce que j’ai vu plusieurs articles sur d’autres blogs ces derniers temps, dans lesquels de jeunes mamans racontent à quel point elles se sont senties désemparées à la naissance de leur bébé alors qu’elles étaient si motivées pour allaiter.

Image

Je suis du genre à toujours chercher plein d’infos sur ce qui m’intéresse. Quand je suis tombée enceinte, je passais mon temps sur des sites Internet à découvrir à quoi ressemblait mon embryon de Coquillette, quels organes se développaient, si elle était capable de bouger, de voir, etc… Comme je voulais allaiter, c’est donc tout naturellement que je me suis mise à chercher des tas d’informations sur le sujet. Sur Internet, dans des brochures récoltées à la maternité, dans des livres. J’ai lu les avantages de l’allaitement, mais j’ai lu aussi ses maux. J’ai regardé des émissions, j’ai vu des témoignages de mères qui n’avaient jamais réussi à allaiter, j’ai écouté ce qui se disait autour de moi. J’en ai entendu des vertes et des pas mûres. Bref, je savais que ça risquait de ne pas être tout rose, je m’attendais à saigner, à avoir mal, à avoir un bébé qui allait peut-être refuser mon sein. Mais j’étais aussi persuadée que je pourrais passer au-dessus de tous ces maux et qu’il n’y aurait aucune raison qui pourrait m’empêcher d’allaiter. J’ai aussi une amie puéricultrice dont je vous ai souvent parlé qui m’a beaucoup conseillé sur le sujet et qui a répondu à toutes mes questions, je suis allée à la réunion d’allaitement proposée par la maternité. J’ai regardé les positions conseillées pour allaiter sous toutes les coutures pour savoir les reproduire moi-même.

Parce que c’est dans ma nature de vouloir me débrouiller moi-même, parce que quand j’ai une idée quelque part, je ne l’ai pas ailleurs, et parce que quand je me fixe un objectif, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour l’atteindre. Et après m’être renseignée, je savais précisément ce que je voulais : une première mise au sein dans les 30 minutes et un allaitement exclusif et à la demande.

Et j’ai bien fait d’être plus que prête et de n’attendre aucune aide extérieure d’une sage-femme, d’une aide-soignante ou d’une puéricultrice. Parce qu’aucune aide n’est venue. Comme je vous l’ai raconté quand j’ai évoqué mon accouchement, Coquillette a choisi de venir au monde le même jour que des tas d’autres bébés. Tout le personnel de la maternité était débordé ! On m’a mis mon bébé emballé dans les bras et hop, débrouillez-vous madame, on revient vous chercher plus tard pour vous emmener dans votre chambre. Je pense que j’ai un peu dépassé les 30 minutes, mais pas de beaucoup, et dès que j’ai pu j’ai mis Coquillette au sein. Ca a été plutôt timide au départ, tant de son côté que du mien. Le tout jeune papa était à côté et m’assistait mais bon, il ne pouvait pas faire grand chose évidemment. Elle a ouvert la bouche, a pris mon sein, a tétouillé un peu, pas longtemps, mais le premier contact avait été établi, c’était l’essentiel pour moi.

Et puis on m’a ramené dans ma chambre, on m’a rapporté mon plateau repas (il y avait une tarte aux poireaux, je m’en souviendrai toujours) sur lequel je me suis jetée comme une vorace (surtout sur la carafe d’eau !). Mon homme est parti chercher les valises dans la voiture et pendant que je mangeais, Coquillette s’est mise à pleurer. J’avais les jambes encore endormies, j’étais seule, mais je me voyais mal biper quelqu’un pour autant. J’avais envie de me débrouiller, de voir si je pouvais faire ça toute seule. J’ai tiré le berceau vers moi, j’ai attrapé ma Coquillette et j’ai essayé de la nourrir. Cette fois, ça a marché du premier coup. L’aide-soignante de nuit est arrivée pour se présenter quelques minutes plus tard et n’a pu que constater que tout marchait bien : bonne position, colostrum présent, bébé qui tète efficacement.

Je conçois que j’ai eu énormément de chance de n’avoir aucun souci (bon après j’ai saigné un peu, j’ai eu mal et j’ai eu un REF, mais ça peut quand même pas être parfait hein !) mais je crois qu’il n’y a pas que la chance qui joue. Je crois fermement que la première mise au sein dans les 30 minutes a une énorme importance et que le personnel soignant n’y accorde justement pas suffisamment d’importance, peut-être par manque de temps. Et évidemment, quand on est dans l’émotion de la naissance, on ne pense pas forcément à ça, surtout si son bébé s’est endormi tranquillement.

Avec le recul, je suis contente de m’être débrouillée sans aide extérieure. Ce moment est resté magique, sans que je me fasse tripatouiller les seins par une inconnue, et n’appartient qu’à nous deux. Si j’avais donc un conseil à donner aux futures mamans qui veulent allaiter, ce serait donc de se renseigner à fond, de ne pas lire que de beaux témoignages d’allaitements réussis, de se préparer au pire pour savoir comment réagir face à un bébé qui refuse le sein par exemple et de définir précisément quel genre d’allaitement elles veulent. Si vous voulez une première mise au sein dans les 30 minutes, n’attendez pas que quelqu’un vous le propose, exigez-le, prenez les devants. Vous en avez le droit, c’est VOTRE bébé.

Publicités

3 réflexions sur “A peine née, déjà à table !

  1. Je suis totalement d’accord avec la dernière phrase de ton article. La première tétée, il faut l’exiger! L’un de mes plus grands regrets est d’avoir attendu 3 heures avant de mettre Petit Brocoli au sein! J’attendais qu’on vienne m’aider!!!
    Avec le recul, je me dis que pour le prochain ce sera bien différent!
    Cotcot

  2. Coucou,

    Moi aussi, j’ai tout lu de partout, afin de faire de la naissance de mes enfants une réussite.
    Je voulais allaiter, c’était une évidence même, les commentaires ou expériences négatives n’ont pas eu une influence quelconque sur mon choix.

    Contrairement à toi, j’ai été aidée pour la naissance de ma fille (elle avait le frein de la langue trop court, ce qui a causé de petits soucis au démarrage).
    Par contre, elle a eu le colostrum dans les 30 min.

    Pour mon fils, à peine sorti du ventre, je l’ai pris dans mes bras et je l’ai mis au sein, sans difficultés (il a vite compris lol).

    Il me semble avoir déjà donné mon avis sur l’allaitement dans un de tes sujets, donc je ne vais pas le rajouter dans ce commentaire.

    Je ne regrette pas d’avoir donné le sein, même si parfois, j’ai rencontré des petits désagréments.
    En effet, j’ai eu un REF, maîtrisé par la suite, puis une mammite, qui ne m’a pas tuée lol… malgré la douleur, j’ai continué mon allaitement et ensuite, j’ai fait tout ce qu’il fallait pour éviter que cela ne se reproduise ; éviter le trop-plein de lait et les engorgements a été efficace.

    Belle soirée.

  3. J’ai réussi parfaitement mon premier allaitement, bon passé 4 mois je ne produisais plus assez et je recommencais à travailler, ‘jai donc sevré en douceur.
    Par contre pour n° 2 , son reflux et le temps du diagnostic ont été si long que ca a fait capoté ma lactation.
    Ses pleurs m’ont de toutes façons tellement épuisée que ca ne pouvait pas continuer. 2mois et demi à tout casser.
    Je n’ai pas eu le REF, mais d’autres petites misères …..
    (parenthèse suite à la lecture de ton article sur le ref, les selles vertes des bébés c’est un excès de sucres, c’est pas méchant mais ca signifie que bébé ne prend que le début de la production du sein et ne tête pas assez longtemps. Puisque lorsqu’on allaite, le sein délivre un lait riche en sucres au début de la tétée puis riche en lipides à la fin.)

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s