Les pour et contre du cododo

Très longtemps avant d’avoir Coquillette, très longtemps avant même de concevoir le projet d’avoir un enfant, j’avais des idées très arrêtées sur le cododo. Pour moi c’était non, un point c’est tout. Je ne voulais même pas que mon éventuel bébé dorme dans ma chambre pendant les premières semaines. Peut-être parce que c’est comme ça que j’ai été élevée : jamais je n’ai dormi dans le lit de mes parents, même malade, même après un cauchemar. Je me souviens d’y être allée une seule et unique fois pour partager un petite déjeuner au lit avec ma mère pour je ne sais plus quelle occasion. Et de ce que je m’en souviens, ça m’allait très bien comme ça.

blog1

 

Mes idées n’ont pas changé quand je suis tombée enceinte, ni même quand j’ai accouché. Sauf que quand je suis rentrée à la maison avec mon minuscule bébé et qu’il a fallu le laisser tout seul dans sa chambre, mes belles idées m’ont fait bien mal au coeur. Et m’ont bien stressée aussi ! Il fallait me voir, le premier soir, avec le son du baby-phone au maximum, à le porter à mon oreille toutes les cinq minutes au cas où il ne marcherait pas bien, en train de demander à mon homme de baisser le son de la télé parce que ça risquait de couvrir ses pleurs, hum… (Maintenant, le baby-phone est à l’autre bout du salon, avec le son au minimum, et je ne loupe jamais un appel pour autant). Bref, c’était dur, mais j’ai tenu le coup. L’allaitement la nuit ne m’a pas fait changer d’avis non plus. J’allais dans sa chambre et je m’installais dans un fauteuil inconfortable pour lui donner le sein, et j’avais froid, mais c’était comme ça.

Je rajoute en passant que mon mari, lui, ça ne l’aurait pas dérangé du tout d’avoir Coquillette dans notre lit. En fait, il le demandait même à demi-mots. Les rôles sont inversés chez nous !

Mais un jour, j’ai quand même craqué. J’ai craqué parce que j’étais épuisée, que Coquillette ne faisait pas de sieste ailleurs que dans mes bras et que j’avais vraiment, mais vraiment, besoin de dormir. Alors j’ai pris toutes les précautions possibles (parce que le cododo me faisait peur aussi, à cause des risques d’étouffement), j’ai placé ma Coquillette sur mon torse, à plat ventre, parce que c’était comme ça qu’elle était bien, et on s’est endormies toutes les deux. C’est sûrement une des meilleurs décisions que j’ai prises en tant que jeune maman. Cette sieste est devenue notre petite habitude du matin et j’ai retrouvé mes forces petit à petit.

Pour autant, le cododo la nuit n’était toujours pas à l’ordre du jour pour moi, d’autant qu’à 6 semaines, Coquillette s’est mise à faire des nuits de 11 heures d’affilée toute seule dans son lit. Un vrai petit ange. Le hic, c’est que ça n’a pas duré. A partir de 3 mois, probablement à cause de la chaleur de l’été, les nuits sont devenues un enfer. Et au bout d’un moment, j’ai à nouveau craqué, cette fois pour le cododo de nuit. La lecture du livre d’Elisabeth Pantley « Un sommeil paisible et sans pleurs » n’a probablement pas été étranger à cette décision, d’ailleurs. Pas dès le soir, mais à partir de 2 ou 3 heures du matin, quand on n’en pouvait plus de faire des allers-retours. Coquillette étant plus grande à ce moment là, je ne la mettais plus sur moi bien entendu, mais elle dormait entre nous. Je retirais mon oreiller pour qu’elle ne risque pas de se retrouver avec le nez collé dessus.

Je vais vous livrer mon bilan de ces expériences de cododo sous forme de pour et de contre, parce qu’aujourd’hui, je ne suis plus totalement contre, mais pas totalement pour non plus.

Pour :

– le cododo permet au bébé et à ses parents épuisés de dormir et de se reposer, et c’est le début d’un cercle vertueux qui peut mener à un endormissement plus facile du bébé

– je ne connais rien de plus agréable ni de plus mignon que de voir son bébé s’endormir juste à côté de soi (ou sur soi) et de s’abandonner complètement. c’est encore plus adorable quand il prend votre tête entre ses petites mains

– les adeptes du cododo lui trouvent beaucoup de vertus et je pense qu’ils n’ont pas tort. J’aime assez l’idée de favoriser le maintien du lien mère-enfant, mais pas tout le temps

– ce n’est pas parce qu’on utilise le cododo de temps en temps qu’il deviendra nécessairement une habitude dont le bébé ne pourra plus se défaire. J’en suis la preuve vivante

Contre :

– j’aime mon confort pour dormir et avec un bébé, le confort n’est pas le même. Pas d’oreiller, pas de couette, pas de place (je me suis déjà retrouvée coincée tout au bord du lit), courbatures au réveil, pas génial. Le cododo permanent ne me conviendrait donc pas du tout

– les dangers du cododo ne sont pas à négliger quand même : l’écrasement ou l’étouffement me faisaient bien flipper au début

– le stress qui découle de ces dangers. Je me réveillais au moindre bruit, je guettais les mouvements mon mari, n’hésitant pas à le taper sèchement s’il avait l’air de se rapprocher trop de Coquillette en se retournant. Et quand Coquillette ne dormait pas avec nous, je me révaillais parfois en panique en la cherchant dans le lit (alors qu’elle n’y était pas), persuadée qu’elle était enfouie sous les couvertures (et c’est arrivé aussi à mon homme, alors on ne se moque pas !)

Il existe certainement bien d’autres arguments pour et contre, mais vous connaissez en tout cas les miens. Si c’était à refaire, j’utiliserais certainement le cododo un peu plus tôt avant d’être totalement épuisée. Aujourd’hui, il m’arrive encore de faire des siestes avec Coquillette parce qu’ainsi, elle dort généralement plus longtemps. La nuit, elle dort généralement de 19h20 à 6h30/7h dans son lit, comme quoi le fait d’avoir cododoté pendant une période ne l’a pas empêchée de « prendre son indépendance ». Parfois, quand elle fait ses dents ou simplement qu’elle dort mal, on la prend avec nous dans le lit vers 3 ou 4h du matin pour finir la nuit paisiblement. C’est une formule qui semble nous convenir à tous.

Et vous, adeptes du cododo ou pas ?

 

Publicités

2 réflexions sur “Les pour et contre du cododo

  1. Haaa le cododo il a fait couler beaucoup d’encre!
    Moi j’étais totalement contre et puis en fait j’en fait un peu ^^,je fais plus des « codo-siestes » vu que Pepito ne sieste pas si je ne suis pas collé à lui!
    Et le matin quand Pepito se réveille à 6h ben en fait c’est pas si mal le cododo pour prolonger un peu la nuit!!
    Mais comme toi je ne suis pas tout à fait sereine quand il est avec nous j’ai toujours la trouille de lui faire du mal…

    • Je fais comme toi aussi quand Coquillette se réveille trop tôt ! Mais maintenant qu’elle est plus grande, quand on la ramène dans notre lit le matin, on n’arrive plus vraiment à dormir : elle veut surtout jouer et nous faire des câlins, quand elle ne nous tape pas ^^

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s