Les dégâts post-accouchement

Image

Quand j’étais enceinte, je me focalisais sur l’accouchement qui me faisait peur, et je pensais assez peu à l’après-accouchement. J’imaginais évidemment de la fatigue, quelques douleurs après l’épisiotomie probable, mais pas de quoi en faire tout un plat. Peut-être parce que j’étais déjà allée voir plusieurs femmes à la maternité et qu’elles ne me semblaient pas souffrir tant que ça. Je suppose que c’était en fait de la pudeur…

J’ai accouché à 17h25 et quand on m’a emmenée dans ma chambre à 21h, j’avais encore les jambes endormies par la péridurale. Jusque là, tout allait bien, à part une énorme fringale et une soif encore pire. C’est pendant la nuit et surtout le lendemain que les choses ont commencé à empirer.

Je vais vous raconter tout ça, pas pour vous faire peur parce que si ça se trouve, ça ne fait même pas ça à toutes les femmes, et puis de toute façon ces désagréments ne sont pas éternels, mais plutôt pour que vous ne soyez pas surprise le jour ou ça vous arrivera, et de manière plus générale, pour lever le tabou qui entoure ces dégâts post-accouchement. Car personne ne m’avait jamais parlé de ça à moi, même pas ma sage-femme…

Sachez d’abord que vous n’irez pas faire pipi pendant un petit bout de temps si vous accouchez par voie naturelle. J’ai halluciné en m’apercevant de ça après avoir passé les jours d’avant à faire des allers-retours aux toilettes. Mais trop longtemps, ce n’est pas normal non plus : j’ai une collègue à qui c’est arrivé mais aucun membre du personnel soignant n’y a prêté attention. Résultat, elle a passé un mois avec une sonde urinaire qu’elle devait elle-même placer, etc… (déjà que le premier mois c’est pas facile…)

La cicatrice de l’épisiotomie n’est pas très douloureuse, contrairement à ce à quoi je m’attendais. Je dirais qu’elle provoque plus une gêne qui se dissipe en quelques jours. Pensez par contre à bien faire les soins qu’on va vous conseiller (bien sécher et éosine), c’est vraiment important pour que ça guérisse plus vite. On m’avait dit d’utiliser un petit miroir pour bien voir ce que je faisais. Honnêtement, ça ne m’a pas été utile. Je savais quand même où avait été faite l’épisio et puis pour être sûre, je mettais 3 tonnes d’éosine en débordant bien. Par contre, quand je suis retournée voir ma gynéco 8 semaines plus tard, j’ai appris que j’avais un granulome à cause du fil qui a servi à me recoudre. Ce n’est pas embêtant mais elle m’a proposé de le retirer si ça me gênait. Comme je ne le sens pas du tout, j’ai cependant préféré le garder, on m’a assez tripotée à cet endroit, c’est bon, laissez-moi un peu tranquille !

Par contre, ce qui a été très douloureux, c’est mon coccyx. J’ai cru qu’il était fêlé tellement j’avais mal. J’avais du mal à m’asseoir, à me déplacer et à changer de position, et ce malgré le Paracétamol que je prenais. J’en ai parlé à ma gynéco quand elle est venue me voir et elle m’a donné un médicament à prendre en suppositoire, une seule fois, et je dois dire que ça a vraiment été efficace.

On vous a sûrement prévenue d’une chose : les pertes de sang post-accouchement. Je m’attendais à des espèces de règles pendant 2-3 semaines, j’ai eu bien pire pendant une semaine et effectivement des espèces de règles pendant encore plus de 3 semaines. Pour vous donner un aperçu, et je suis désolée de rentrer dans les détails (les hommes éventuels qui se seraient perdus ici, si vous n’avez pas encore quitté la page, il est temps de le faire…), à la maternité, deux jours après l’accouchement, j’ai d’un seul coup perdu un gros caillot de sang de la taille d’une balle de tennis, j’ai quand même été un petit peu inquiète sur le coup, mais c’était tout à fait normal…

Je vais aussi vous avouer un truc, mais c’est vraiment parce que j’ai dit que je voulais lever le tabou hein, parce qu’en général, je ne raconte pas ce genre de choses… C’est heureusement passé après quelques jours mais au début, je ne pouvais plus retenir les gaz (ça fait plus langage médical comme ça, n’est-ce-pas ?). La faute aux muscles qui avaient été trop sollicités et qui n’étaient plus bons à rien j’imagine. N’empêche que c’est extrêmement gênant et que j’avais super peur que ça m’arrive en pleine visite d’amis ou de ma belle-famille, par exemple. Heureusement, rien de tel n’est arrivé. Seul mon homme en a fait les frais (bonjour le boulot pour rétablir le mythe après ça…)

Enfin, la péridurale m’a tué une fesse et 9 mois après, les choses ne sont toujours pas rétablies de ce côté là. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais toute une zone de ma fesse gauche est endormie depuis l’accouchement. Je ne suis pas la seule à connaître ce genre de désagréments consécutifs à la péridurale apparemment. Je connais une fille qui a eu une zone du bras endormie pendant 8 ans après sa péridurale. Ceci dit, ça ne me gêne absolument pas, ça ne me fait pas mal. En fait, je trouve ça plutôt rigolo, et puis ça me fait une anecdote à raconter.

(Vous avez vu comme j’ai pris soin de finir sur une note positive pour que finissiez l’article en oubliant un peu le reste, hein !)

Sérieusement, tout ça n’est pas si terrible que ça peut en avoir l’air. Mais j’aurais préféré le savoir et pouvoir m’y préparer mentalement, c’est pour ça que j’ai voulu partager avec vous mon expérience !

Et vous, les femmes qui avez déjà accouché, avez-vous aussi connu tous ces désagréments ?

Publicités

15 réflexions sur “Les dégâts post-accouchement

  1. Je te rassure j’ai eu les mêmes symptômes post-accouchement, sachant que j’ai accouché sans péridural. Résultat j’avais peur d’aller aux toilettes car j’avais l’impression que j’allais pousser comme sur la table d’accouchement lol ! C’était impressionnant, et puis la douleur aux seins, la douleur aux bras tellement j’ai tiré sur les étriers… en fait j’avais mal de la tête aux pieds Sourire Finalement pour une deuxième grossesse c’est le post accouchement qui me fait le plus peur !

    • C’est vrai que j’avais peur aussi d’aller aux toilettes, je me souviens… Et les courbatures, aïe aïe aïe… Le pire c’est que quand on accouche, on n’a pas fait de sport depuis des lustres, alors en plus, on manque cruellement d’entraînement…

  2. Moi aussi, j’ai accouché il y a neuf mois… Et je pense que c’est pareil pour toutes les femmes: une suite de couche lente et quelque peu douloureuse. J’ai dû aller voir l’ostéo tellement j’avais l’impression qu’un deuxième coccyx avait poussé dans mon dos! J’ai l’impression que mon corps vient juste de finir de souffrir mais je raconte les séquelles dans cet article:http://bb80.wordpress.com/2014/01/06/mon-corps-ou-ce-quil-en-reste/
    Cotcot,
    Poupoule

    • arf, j’ai l’impression que tu as encore plus souffert que moi ! J’ai eu la chance que mes douleurs au coccyx passent relativement vite. Et à part de superbes vergetures sur mes cuisses et un cruel manque d’abdos, j’ai plutôt bien récupéré une fois les premières semaines passées.

  3. Hé ben ma pauvre t’as été servie!
    J’ai eu du bol, petite déchirure et c’est tout, mais pendant le travail j’ai pu bouger, j’ai pris un bain etc…
    Apparemment ça joue beaucoup pour préserver le périnée, as-tu été toujours allongée sur le dos lors du travail?

    • en fait, je me réjouissais de pouvoir prendre un bain et tout à la maternité, mais le jour où Coquillette a décidé d’arriver, six autres bébés ont fait pareil alors que c’est une petite clinique (merci la lune…) Du coup, j’ai pas eu le droit à la jolie chambre avec une baignoire, j’ai tout de suite été balancée dans une salle d’accouchement et oui, j’ai passé un bon moment couchée sur le dos…

  4. Coucou,

    Le sujet du post-partum est parfois délicat à aborder, mais il permet d’échanger nos expériences et de faire en quelques sorte de la prévention.

    C’est drôle, on a vécu un truc similaire, je parle de la boule de tennis qui est tombée lol
    Chez moi, c’était plus petit et l’apparence me faisait penser à des résidus de placenta, un caillot entouré de membranes (c’était bien de cela dont il s’agissait).

    J’ai perdu énormément de sang, je devais changer ma serviette toutes les 30 mn les 3 premiers jours.
    En fait, j’ai fait une infection, qui a été immédiatement traitée par antibio.

    Je n’ai pas pris la péridurale, mais j’ai bien eu droit à une épisio, très grande et mal effectuée par une jeune sage-femme ; elle m’a aussi loupée 3 fois pour mettre le cathéter, je me suis retrouvée avec un énooorme bleu.

    Forcément, les suites ont été plus difficiles et plus longues, mais pas horribles non plus.

    Tu n’es pas la seule à évoquer la paralysie temporaire d’un membre, après une péri.
    Perso, lors de mon 1er accouchement, j’avais demandé une anesthésie locale, mais elle n’avait été efficace que d’un côté…

    Avec le périnée, vu que j’étais assez sportive, je n’ai pas eu d’inconvénients particuliers.
    Je recommande vivement la rééducation périnéale à toutes les futures mamans, sportives ou non, c’est super important !

    (encore un message de 100 lignes) 😀

    • Aïe, tu n’as pas été gâtée non plus dis-donc… Merci en tout cas d’avoir également partagé ton expérience post-partum ! Et ne t’inquiète pas pour le message « de 100 lignes », ça me fait toujours plaisir d’avoir un peu de lecture ! Bonne soirée !

      • Coucou,

        J’aime aussi la lecture, ça tombe bien 😉
        Tu vois, malgré tous ces inconvénients, je ne l’ai pas trop mal vécu.
        Le bonheur d’avoir mon petit a largement pris le dessus sur la douleur et sur les autres désagréments.

        Par contre, j’avais oublié de rebondir sur l’oubli de la sonde urinaire chez ton amie.
        Je trouve cela incroyable quand même !
        Elle aurait pu faire une infection du tonnerre voire se blesser…

      • C’est vrai que le bonheur d’avoir enfin son bébé prend le dessus, mais je pense que j’aurais pu mieux le vivre en rentrant plus rapidement chez moi peut-être. Mon séjour à la maternité que je n’ai pas tellement apprécié fera sûrement l’objet d’un nouvel article bientôt…
        Au sujet de mon amie, je me suis mal exprimée. En fait, à cause de l’accouchement, elle a eu un problème à la vessie ou aux reins, je ne me souviens plus précisément, et ne pouvait plus uriner, ce qui était très douloureux évidemment. Mais au début, le personnel médical a cru que c’était normal et ne s’en est pas inquiété. La situation, qui aurait pu être réglée facilement au départ, a donc dégénéré et elle a été contrainte de porter une sonde urinaire pendant un mois après son accouchement… Je n’ose même pas imaginer ce que ça doit être pénible.

  5. Peut-être que ça rassurera quelques femmes de savoir que pour d’autres femmes, ça se passe un peu mieux je dirai.
    Je ne sais pas du tout si je suis un cas à part, si c’est de la chance ou pas mais je n’ai pas eu tous ces désagréments (j’en ai eu d’autres que vous ne m’enivriez sûrement pas!). Je n’ai pas beaucoup saigné après l’accouchement, je ne me souviens pas de quelque chose de terrible. Les contractions reprennent un peu, c’est vrai, c’est pas très agréable mais ça va.
    Les gaz, je ne m’en souvenais plus mais c’est vrai LOL!
    La péridurale a été très bien faite (on me l’a faite allongée sur le côté et pas assise, mon homme me tenait), j’étais bien après la pose et j’ai pu pousser, sans épisio. Mon bébé était TRES petit, ceci explique pourquoi je n’ai pas eu besoin d’épisio.
    Je n’ai pas tellement focalisé sur les douleurs physiques car j’avais un petit traumatisme à gérer, plus psychologique.
    C’est très bien de dire la vérité aux futures mamans, je pense que mieux on est préparées, mieux on peut le gérer.
    Super blog by the way!

    • Merci pour le compliment ! Effectivement, c’est bien aussi de savoir que ça se passe mieux dans certains cas ! Je crois que tout ça dépend de beaucoup de choses et notamment des conditions lors de l’accouchement. Je ne savais pas qu’on pouvait avoir une péridurale en étant couchée sur le côté ! Merci pour ton témoignage !

  6. oui, tout ça, mais tu as oublié ce qui selon moi est le pire … (ca veut dire que tu n’en as pas eu .. et tant mieux )
    il s’agit des hémorroides !
    Ca fait pleurer les plus costauds !
    C’est juste abominable !
    j’en ai eu après l’accouchement du 1er, et j’en ai eu toute la grossesse puis après le 2e accouchement.
    Interdiction de manger épicé, sinon je paie cash dans les 6h.
    ca va me suivre toute ma vie !!!

    • Aïe aïe aïe Aeterna, tu as dû bien trinquer ! J’ai effectivement eu la chance de ne pas en avoir, et ça me faisait peur pourtant. Je ne savais pas qu’en plus on ne pouvait plus manger épicé sous peine de morfler aussi sec ! Pas cool…

  7. Pingback: Sept mois tout en rondeurs | Maman 24h/24

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s