Le périnée : ce muscle oublié

Image

Globalement, le périnée, on n’en entend jamais parler avant les cours de préparation à l’accouchement. Pourtant, c’est un muscle super important. Et oui, car sans lui, pas moyen de se retenir de faire pipi ! Vous serez d’accord avec moi sur on rôle essentiel, hein ! Et ben malgré tout, on le néglige, et pire que ça, on le maltraite. Et pas seulement pendant la grossesse, mais pendant toute notre vie.

On porte quelque chose de lourd ? C’est le périnée qui prend.

On chouchoute nos autres muscles en faisant des séances d’abdos-fessiers ou du sport intensif ? C’est le périnée qui prend.

On se force à faire pipi avant un long voyage pour éviter de s’arrêter une heure après ? C’est le périnée qui prend.

Evidemment, la grossesse, l’accouchement, l’épisiotomie… Là je ne vous raconte même pas les dégâts…

Mais il y a des moyens pour l’entretenir et le maintenir en forme, à mettre en oeuvre dès l’enfance. Je ne suis pas spécialiste, et tout ce que je vous rapporte, je le dois à ma sage-femme. Si je vous en fais part, c’est parce que si vous n’êtes pas enceinte, ou si vous n’en êtes qu’au début de votre grossesse, on ne vous a probablement jamais dit tout cela, alors que c’est tellement important à savoir indépendamment de la grossesse.

D’abord, si vous êtes parent d’une petite fille, ne la forcez surtout pas à aller faire pipi si elle n’en a pas envie. Que ce soit avant un voyage ou avant d’aller se coucher, il vaut mieux respecter son envie, sans quoi elle risque de forcer sur son périnée et de l’âbimer de façon précoce.

Ensuite, on vous a peut-être parlé d’une technique qui s’appelle le stop-pipi. Personnellement, tout comme c’est arrivé à certaines de mes amies, ma mère me l’a expliquée en pensant bien faire, parce qu’on lui a conseillé de le faire quand elle était enceinte. Cela consiste à contracter son périnée pendant qu’on urine, et donc à stopper la miction, afin de le muscler. Là, le risque n’est pas pour le périnée mais pour votre vessie. En effet, en faisant cela, vous risquez de ne plus réussir à bien la vider et vous risquez alors de développer des infections urinaires. Pas cool du tout.

Si vous voulez muscler votre périnée, que vous soyez enceinte ou non d’ailleurs, ce n’est pas compliqué. Quand vous vous couchez le soir par exemple, il faut faire des séries d’exercices : vous contractez votre périnée comme si vous vous reteniez de faire pipi pendant 5 secondes, puis vous le relâchez pendant 10 secondes, et vous faites cet enchaînement cinq fois de suite. C’est très rapide, très discret, il suffit d’y penser. Et même si vous ne le faites pas tous les jours, ce n’est pas grave, c’est toujours ça ! (Je suis la première à systématiquement oublier de le faire, hum…) Evidemment, c’est pendant la grossesse que vous devez être la plus assidue.

Il faut éviter de faire certains sports en salle de façon intensive. Ma sage-femme m’a expliqué qu’elle suivait une patiente qui n’avait pas été enceinte mais qui faisait plusieurs fois par semaine de la zumba, des abdos-fessiers, etc… Elle ne veut pas ralentir la cadence et résultat : elle a des fuites urinaires et ne parvient pas à rééduquer son périnée. Il existe d’autres moyens de se muscler, qui ne risquent pas d’endommager votre corps. Je pourrai bientôt vous en parler, dès que j’aurai commencé mes cours de rééducation abdominale prescrits par ma gynéco.

Quand vous portez quelque chose de lourd, pensez à contracter votre périnée avant de le faire, sinon, c’est lui qui trinque. C’est une habitude à prendre et une fois que c’est fait, vous verrez que vous n’y penserez même plus.

Quand vous allez faire pipi et que vous êtes pressée, ne poussez pas pour autant sur votre périnée pour aller plus vite.

Image

Enfin, parce que beaucoup de mes amies me l’ont demandé, un peu gênées et pourtant il n’y a pas de quoi, voici comment se déroule une séance de rééducation du périnée après la grossesse (ça ne se passe peut-être pas toujours de cette façon ceci dit) : à la première séance, votre sage-femme va examiner votre périnée pour constater l’étendue des dégâts, et vous poser des questions (du genre est-ce que vous avez envie de faire pipi quand vous mettez les mains dans l’eau ? est-ce que vous avez des fuites urinaires à l’effort ? etc…). Puis elle vous fera une ordonnance pour une sonde périnéale (en photo, oui je sais, ça ressemble à un vibro…). Dépêchez-vous d’aller la chercher parce qu’il faut souvent la commander et le délai d’attente peut parfois être long (une semaine). Cette sonde est à vous, ce n’est pas en location. Comme ça, après, vous pourrez la garder en souvenir ! (trop cool)

Ensuite, les séances se passent toujours comme ça : allongée sur la table, la sonde dans le vagin, reliée à un appareil que la sage-femme possède, vous allez commencer à faire des séries de contractions du périnée comme je vous l’ai expliqué plus haut, mais en général plus de cinq fois. L’appareil relié à la sonde permet d’enregistrer la force de vos contractions, la rapidité avec laquelle vous contractez, puis avec laquelle vous relâchez le périnée, et de vérifier si le relâchement est lui aussi correct. Au fur et à mesure des séances et de vos progrès, la sage-femme augmentera la résistance de l’apareil. A force, c’est comme un jeu, un concours où on essaye de faire le meilleur score possible !

Après cette première étape, vous gardez la sonde dans le vagin mais elle est cette fois reliée à un autre appareil. Là vous n’aurez plus rien à faire, c’est la sonde qui vous envoie des sortes d’impulsions, pendant un certain temps. Si ça vous fait mal ou si c’est désagréable, dites-le à la sage-femme qui va pouvoir régler la force de ces impulsions. Vous devez les sentir, mais pas trop. Enfin, pour finir la séance, vous reprenez les mêmes exercices qu’au début, et soit vous constatez déjà une amélioration, soit c’est le contraire parce que votre périnée est K.O.

Ma gynéco m’avait prescrit 10 séances pour commencer et m’avait dit que vingt seraient peut-être nécessaires. Mais finalement, 10 ont suffi.

 

Sachez que vous pouvez demander à avoir des séances de rééducation du périnée n’importe quand, que vous ayez été enceinte ou non, si vous avez des fuites urinaires, même petites.

J’espère que cet article (pas très glamour, j’en conviens) vous aura été utile, à vous et à votre périnée ! Bonne journée !

Publicités

2 réflexions sur “Le périnée : ce muscle oublié

  1. Pingback: L’astuce du dimanche #29 | Maman 24h/24

  2. Pingback: Le massage du périnée pour un accouchement sans épisiotomie ? | Maman 24h/24

Laissez-moi un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s